There was an error in this gadget

Tuesday, 27 May 2008

N'ABUSONS DE RIEN, SAUF DE LA MODÉRATION

Avec la venue du beau temps, des journées ensoleillées, des vacances à la plage, et des bains de soleil, nous sommes également inondés d’une série d’articles sur les dangers du soleil sur la peau et plus particulièrement les mélanomes (cancer de la peau).

Les appels à la prudence vont jusqu’à suggérer qu’on utilise l’équivalent d’une bouteille de crème solaire par jour pour bien nous protéger. Ces propos nous ayant parus exagérés, nous avons poussé notre curiosité et avons fait des recherches sur l’envers de la médaille de ce sujet.

Nous vous faisons part de nos découvertes :

- En Europe, les pays qui jouissent des plus longues périodes d’ensoleillement (Italie, Espagne, Portugal, Grèce), sont aussi ceux qui ont le plus bas taux des mélanomes. Ceux qui ont des incidences plus élevées se situent dans les pays scandinaves et du nord de l’Europe (Danemark, Suède, Pays-Bas, Irlande et Autriche). Lire : Cancer de la peau, mélanome

- Certains scientifiques soutiennent que le fait de se priver de soleil, donc de vitamine D, augmente les risques de contracter divers autres cancers plus graves que le cancer de la peau. Lire : Soleil et cancer : la controverse se poursuit Lire aussi : Vitamine D: Santé Canada révisera sa position
- L’Industrie pharmaceutique qui a des intérêts financiers dans la vente des crèmes solaires, est réputée de financer à coups de millions des organismes de dermatologie qui se souscrivent au message anti-soleil Lire : Sunlight Scam
- La controverse est telle que le très réputé site Doctissimo nous rapporte que : 15 études cas-témoins ont examiné l'effet de l'utilisation de crème solaire sur le risque de mélanome. Parmi celles-ci, 3 études ont montré une réduction du risque, 4 études n'ont pas montré d'influence et 8 études, conduites pour la plupart en Europe, ont montré une augmentation du risque.

Que doit-on conclure de tout cela ? Qu’une fois de plus l’épidémiologie, les conflits d’intérêts, les biais et l’influence de la toute puissante industrie pharmaceutique, nous empêchent d’avoir de l’information honnête et balancée qui nous permettrait de prendre les bonnes décisions pour notre bien-être. La santé publique pour sa part est malheureusement trop dépendante des subventions pharmaceutiques pour qu’on lui accorde notre confiance. Alors il nous reste que de suivre le conseil de la citation de Jean Dion : N'abusons de rien, sauf de la modération.

No comments: