There was an error in this gadget

Saturday, 9 February 2008

LE GOUVERNEMENT RECULE...LES DÉTENUS POURRONT FUMER À L'EXTÉRIEUR

Nous sommes très heureux de voir que le gouvernement a reculé devant la mesure anti-tabac abusive pour le milieu carcéral. Le sevrage forcé qu’on leur imposait était d’une nature qui relevait plutôt de la barbarie.

Cependant, nous sommes alarmés de constater que ce sont les émeutes des prisonniers qui ont influencé nos élus dans leur décision.

Que doive-t-on conclure de cette situation ? Que tant que les citoyens respectueux et obéissants des lois, ne sont pas une menace pour la paix publique on se sent à l'aise de leur imposer n’importe quoi ? Qu’on arrivera à rien par la voie démocratique et la négociation et qu’il faut faire des émeutes et désobéir les lois pour faire valoir nos droits ? Les tenanciers des bars ont demandé des allégements à la loi 112 afin de sauver leur commerce. Plusieurs ont fermé ou ont vu leur chiffre baisser substantiellement suite à cette loi. Les fumeurs ont voulu avoir un peu de respect pour leur droit à l’association en demandant quelques endroits où il serait permis de fumer, des clubs privés par exemple. Leurs efforts de raisonner avec le gouvernement ont été vains. Et que dire des personnes âgées, des malades, des handicapés et des psychiatrisés ? Ils n’ont pas grand pouvoir pour changer quoi que ce soit, alors on les laisse se trainer à 25 pieds des entrées beau temps mauvais temps ?

Navrant et alarmant de constater que nos droits, même constitutionnels, sont à ce point bafoués. Non ce n’est pas une question d’incompétence de la part de nos élus. C’est plutôt une tendance de n’écouter que ceux qui crient le plus fort en paroles et en gestes.


Un représentant des détenus dénonce l'incompétence du gouvernement


Le président de l'Office des droits des détenus (ODD), Jean-Claude Bernheim, estime que la décision du gouvernement Charest de revoir la réglementation sur le tabac dans les prisons est une preuve de sa méconnaissance du milieu carcéral.

Selon le criminologue, le fait d'avoir décidé en si peu de temps que l'interdiction de fumer à l'extérieur des centres de détention n'était pas applicable a miné la crédibilité du ministre de la sécurité publique, Jacques Dupuis.

Le milieu carcéral incite à la consommation de cigarettes, souligne-t-il, et le fait de l'interdire dans les prisons est incompatible avec le milieu.

De son côté, le Groupe de défense des droits des détenus de Québec salue la décision du gouvernement Charest de permettre aux détenus de fumer à l'extérieur des établissements de détention, tout en se demandant si on ne devrait pas permettre aux détenus de fumer dans leur cellule.

Selon un intervenant de ce groupe, Eric Bélisle, le gouvernement devrait consacrer ses énergies au traitement des problèmes d'alcool et de toxicomanie chez les détenus plutôt qu'au tabac.

No comments: