There was an error in this gadget

Saturday, 7 February 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU TICAP PRESS RELEASE

ENGLISH WILL FOLLOW


DES TENTATIVES POUR ÉTOUFFER L’EXPRESSION LIBRE ONT ÉCHOUÉ

La toute première conférence internationale contre la prohibition fut un énorme succès malgré les tentatives anti-démocratiques d’empêcher sa réalisation.

Fumeurs et non-fumeurs ont uni leurs voix pour exprimer aux politiciens de partout dans le monde qu’ils en ont assez de l’ingérence de l’état dans leur vie.


Des délégués venus de 13 pays se sont réunis à Bruxelles réclamant d’une seule voix un terme à l’appropriation de leurs corps par l’état.

La conférence devait avoir lieu au parlement européen, mais suite à des plaintes d’un groupe anti-tabac faisant partie d’une coalition ayant des liens avec l’industrie pharmaceutique, on a interdit aux organisateurs l’accès aux lieux, laissant ainsi à peine quelques jours afin de trouver un nouvel emplacement pour tenir la conférence.

Le président de TICAP, John Gray, précise qu’il y a eu des allégations calomnieuses à l’effet que la conférence était financée par l’industrie du tabac, lorsque dans les faits elle était parrainée par le parti politique britannique le United Kingdom Independence Party (UKIP).

‘’Une réunion derrière des portes closes a eu lieu à l’EU et une décision a été prise sans aucun droit de réplique sous le prétexte que la conférence entacherait la dignité du parlement’’, a-t-il expliqué. ‘’La conférence fut annulée sans que les organisateurs soient mis au courant pour l’apprendre à la dernière heure par eux-mêmes’’.

Furieux, le chef Godfrey Bloom (membre du UKIP au parlement européen) indique que le parti logera une plainte. Ironiquement, M. Bloom invite les délégués à fumer dans son bureau de l’UE lors d’une tournée aux installations du parlement EU. Il semblerait que fumer est permis au cœur de la démocratie européenne, mais en parler est interdit.

Des conférenciers experts en leurs spécialités respectives ont remis en contexte la propagande anti-tabac vis-à-vis les vrais risques.


Le Dr. Gio Gori, ancien directeur du programme du US National Cancer Institute Smoking and Health, a expliqué que la ‘’preuve’’ sur la nocivité de la fumée secondaire a été manipulée dans le but d’implémenter les prohibitions de fumer.


Dr. Jan Snell, de l’université d’Amsterdam, a discuté des méfaits psychologiques, de l’isolement, de la dépression et des suicides que les interdictions de fumer peuvent causer.

L’économiste Dr. Barrie Craven de l’Université Newcastle sur Tyne, a, pour sa part, passé en revue les dommages à la culture Britannique assortis de la fermeture des six pubs par jour résultat des interdictions de fumer. ‘’Cela est particulièrement discriminatoire envers la classe ouvrière car leurs endroits traditionnels pour socialiser, notamment les clubs des travailleurs et les salles de bingo, ferment plus vite que les autres endroits de l’industrie de l’hospitalité’’, a-t-il fait valoir.


La conférence a également étalé les dernières tendances tant qu’à l’ingénierie sociale, les dangers et périls guettant tout peuple qui permet au gouvernement de décider ce qui est bien ou non pour le citoyen, et l’exclusion et haine dirigées contre les fumeurs depuis les 30 dernières années.

Le réputé professeur et tabacologue français, Robert Molimard, a, quant à lui, choisi de faire parvenir un message écrit à l’assemblée assurant son cordial et large soutien à la cause, en autant qu’elle respecte l’esprit que toute liberté petite ou grande doit être farouchement débattue afin de préserver la démocratie qui connaîtrait autrement des conséquences tragiques.


L’auteur et historien Christopher Snowdon, a exposé comment que les organismes anti-tabac, tel que l’OMS, ASH, le BHF, le Cancer Research UK, sont fortement financés par l’industrie pharmaceutique et le gouvernement qui se disputent le marché de la nicotine avec l’industrie du tabac.

La conférence a aussi soumis que les obèses et buveurs d’alcool deviendront les prochaines cibles de l’exclusion sociale si la marche puritaine vers la prohibition des choix de vie, en ayant comme prétexte la ‘’bonne santé’’, n’est pas stoppée.


Suite au succès retentissant de cette conférence -- conférence qui a envoyé un message haut et clair à ceux qui ont été élus pour représenter le peuple -- d’autres lui succéderont dans le but de communiquer le trop plein des citoyens vis-à-vis l’ingérence du gouvernement dans leur vie et quotidien.




The first ever international anti-prohibition conference has been hailed a huge success despite undemocratic moves to stop it.

Smokers and non-smokers against moves to lifestyle control led the way in telling politicians that they have had enough of state interference.


Delegates from 13 nations across the world stood united in Brussels as they called for an end to state control of their bodies.


The conference was to be held in the European Parliament, but following complaints by an antismoking group that is part of a coalition with ties to the pharmaceutical industry, the plug was pulled leaving the organisers having to find a new venue just days before delegates were due to arrive.


TICAP chair John Gray said there were scurrilous allegations that the conference was supported or funded by Big Tobacco companies when in fact it was supported by the British political party the United Kingdom Independence Party (UKIP).


“A meeting was held behind closed doors in the EU and a decision made, without debate, that the conference would go against the dignity of Parliament,” he said. “It was cancelled but no-one told the organisers who were left to find out for themselves.”


Furious patron Godfrey Bloom (UKIP Member of the European Parliament) said the party would be registering a complaint. Ironically, Mr Bloom invited delegates to smoke in his EU office during a later tour of the EU building. It appears that smoking is permitted in the heart of European democracy, but talking about it is not.


The conference featured expert speakers who put the anti-smoking health propaganda in its true risk context.


Dr Gio Gori, former director of the US National Cancer Institute Smoking and Health program, explained how the “evidence” on passive smoking had been manipulated to implement smoking prohibition.


Dr Jan Snell, from the University of Amsterdam, told of how smoking bans can damage mental health and lead to isolation, depression and suicide. Economist Barrie Craven from the University of Newcastle upon Tyne said the ban was killing the British cultural way of life along with six pubs a day.
“It particularly discriminates against the working classes because their traditional meeting places, such as working men’s clubs and bingo halls, are closing at a faster rate than other hospitality establishments, “ he said.


The conference discussed the latest trend in social engineering, the dangers of giving control of your body to Government “for your own good”, and how smokers have been excluded and targeted as figures of hate over the last 30years.


Author Christopher Snowdon revealed that anti-smoking charities, such as the WHO, ASH, the BHF, and Cancer Research UK, are heavily funded by Pharmaceutical companies and Government which are competing with Big Tobacco for nicotine market control.


The conference also highlighted how fat people and alcohol drinkers could become the next targets of social exclusion if the puritanical march towards lifestyle prohibition based on ‘good health’ is not halted.


More conferences are planned following the resounding success of the first, which has sent a clear and strong message to those in power that the people they represent have had enough and want to live their lives as they see fit.

No comments: