There was an error in this gadget

Friday, 24 October 2008

JOURNALISTE: OBSERVATEUR OU PROPAGANDISTE ?

Cela fait longtemps que nous décrions le biais des journalistes par rapport à la couverture qu’ils accordent à l’enjeu du tabac. Que ce soit par rectitude politique, par crainte de l’opinion publique, ou par fidélité envers leur clientèle (gouvernement et industrie pharmaceutique), toute campagne, étude, et autre nouvelle qui provient du lobby anti-tabac est rapportée sans aucun questionnement, enquête quant à sa véracité et si la provenance d’une telle nouvelle peut être influencée par des conflits d’intérêt. Lorsqu’il s’agit cependant des faits ou opinions qui vont à l’encontre de la philosophie anti-tabac le moindrement, la plupart du temps la nouvelle ne mérite aucune considération médiatique car ‘’elle doit provenir des pions de l’industrie du tabac’’. Une revue consacrée aux éditeurs et journalistes a même refusée une publicité payante d’un groupe de citoyens qui faisait appel à l’objectivité des journalistes, sous le prétexte que cela les offusquerait.

Pourtant, ‘’… un journaliste ne doit pas sortir de son rôle d'observateur, quel que soit le dessein poursuivi. Oublier ce principe ouvre la porte à tous les abus…‘’ opine justement la médiatrice Véronique Maurus dans un article paru dans le Monde.fr .

Tout en prenant soin de bien souligner qu’elle ne défend pas le tabagisme, en toute évidence en raison de sa propre crainte d’être jugée, elle fait une courte analyse sur la couverture médiatique de ses paires à ce sujet. C'est déjà un petit effort de plus que ce que les médias ont fait jusqu'à date ! Journalistes prenez bonne note que ceci peut-être le début d'une ''épidémie'', du moins nous l'espérons !

Lire son article : Le fléau du tabac

No comments: