There was an error in this gadget

Wednesday, 14 March 2012

REVUE DE PRESSE


Big Brother en œuvre

Incroyable mais vrai! La Tabagie Bélanger à Plessisville, vieille d'au moins 50 ans, arbore une feuille de tabac et une pipe sur le haut de sa porte d’entrée.  Le commerçant s’est vu donner deux mois pour changer son enseigne par la police anti-tabac, si non il risque une amende de 2000 $ .   

Fini les boissons énergisantes dans les édifices municipaux à vocation sportive de Saguenay.

Qu’est-ce que la ville de Saguenay a l’intention de faire avec la vente de ces produits ailleurs que dans les édifices municipaux?  A-t-on rien appris avec le fiasco de l’interdiction de la malbouffe dans les arénas? 

Un méga procès qui pourrait durer des années

«On peut savoir quand ça commence, mais on ne sait jamais quand ça va finir»
Des centaines de milliers de dollars seront sûrement dépensés pour rendre les deux recours collectifs contre les compagnies de tabac à terme. De l’opportunisme de la part des plaignants pour soutirer de l’argent à l’industrie du tabac, ou des recours légitimes?  Il reste à suivre de près les arguments des plaignants pour comprendre pourquoi qu’ils considèrent que l’industrie du tabac est responsable de leur refus ou incapacité d’arrêter de fumer malgré les dangers connus depuis longtemps, pendant que des millions d’autres ont été capables d’arrêter avec succès. 

Obligation de s’attacher en autocar en étude.

On pense de se doter d'une loi qui obligerait les passagers, des adultes pour la majorité, de s’attacher en autocar mais pas un mot pour les autobus scolaires.  Et pourtant n’est-ce pas que cela serait plus logique de protéger ceux qui n’ont pas encore l’âge de prendre des décisions éclairées plutôt que les adultes majeurs et vaccinés?   

No comments: