There was an error in this gadget

Saturday, 19 September 2009

UNE INTERDICTION EXPÉRIMENTALE ?


La campagne anti-tabac et ses effets indésirables ne semblent guère avoir servi de leçon aux bien-pensants qui tentent désormais de changer les autres habitudes de la population.

Ils n’ont évidemment rien appris par le fait que les interdictions de fumer aux endroits déclarés arbitrairement ‘’publics’’ ont à peine fait baisser le taux ‘’avoué’’ du tabagisme et que pour certaines tranches d’âge il a même augmenté. Peu leur importe que les parents des enfants qui ne peuvent plus trouver des endroits pour fumer fument sûrement davantage à la maison exposant ainsi leur progéniture autant au tabac qu’aux parties d’adultes souvent bien arrosés. Sont-ils carrément indifférents ou ignorants du fait que la campagne incessante contre le tabac a rendu cette habitude attirante pour les jeunes qui y trouvent un intérêt accru à défier l'autorité et expérimenter avec le tabac dont ils peuvent se le procurer dans leur cour d’école pour aussi peu que 1$ ou 2$ le paquet souvent vendu par leurs propres camarades ? Ils n’ont sûrement rien appris non plus de l’expérience d’autres endroits au Canada où on y pratique le taxage et la ‘’contrebande’’ des friandises dans les écoles où on les interdit.

Non, nos bien-pensants québécois s’imaginent qu’ils peuvent changer le monde et que d’interdire la malbouffe à un périmètre donné aux alentours des écoles inculquera des bonnes habitudes alimentaires aux enfants. Ceci va tout à fait à l’encontre de toute psychologie de la jeunesse ainsi que les paradigmes du passé en ce qui a trait aux interdictions. À moins que les plans futurs de ces ‘’experts’’ soient de contrôler tout-ce qui rentre dans notre réfrigérateur et garde-manger, il serait prudent de leur demander dès maintenant ce qui sera leur prochaine interdiction lorsqu’ils se rendront compte que nos enfants s’y adonnent à cœur joie à la maison ou ailleurs à tout-ce qui leur est interdit à l’école et ses alentours et ce tant que les parents qui ont réellement besoin d'aide pour l'éducation de leurs enfants sont laissés à eux-même avec très peu de ressources.

Trois municipalités s’attaquent à la malbouffe

No comments: