There was an error in this gadget

Tuesday, 26 May 2009

RELÂCHE ESTIVALE / SUMMER BREAK

À moins de nouvelles extraordinaires, ce blogue fera relâche à partir d’aujourd’hui pour le congé estival. Au plaisir de vous accueillir lors de notre retour à l’automne. Pour échanger avec les membres de C.A.G.E. rendez-vous à notre forum. Bonnes vacances estivales.




Unless there are extraordinary news to report, this blog will interrupt publications for the summer break. To exchange opinions and ideas and to keep up to date with some of the news, please visit our forum. Have yourselves a wonderful summer, see you back in the fall.

Tuesday, 19 May 2009

TOUTES CES PETITES LOIS QUI FINISSENT PAR MINER NOTRE BONNE HUMEUR

On a fait toute une couverture dans les médias en rapport avec les deux policiers de Laval qui ont mis une dame en état d’arrestation devant son refus d’obéir aux ordres de tenir la rampe des escaliers roulants au métro de Laval. Les nouvelles ont trouvé écho jusqu’à l’extérieur de la province ou chacun a exprimé son opinion bien campée soit pour la dame pour la plupart, ou pour les policiers pour les autres.

Nous ne ferons pas ici le procès des policiers qui ont appliqué la loi à la lettre, pas plus que celui de la dame qui en toute évidence a fait preuve d’arrogance envers ceux qui font obéir les lois. Nous allons plutôt élaborer sur les leçons à tirer de cet événement.

Ce qui s’est passé à Laval devrait servir de signal d’alarme à nos élus qui, devant leur impuissance de s’attaquer aux vrais problèmes de la société, votent des lois, certaines plus absurdes et exagérées que d’autres qui n’offrent pas pour autant une meilleure qualité de vie aux citoyens mais qui font que les citoyens deviennent frustrés un peu plus à chaque nouvelle loi qui est adoptée. Notre vie est de plus en plus micro gérée au quotidien par nos élus et ce à tous les niveaux du gouvernement.

Malheureusement ces lois se succèdent insidieusement l’une après l’autre et le peuple, trop occupé à vaquer à ses occupations quotidiennes, ne prend pas le temps nécessaire pour contester chacune d’elles. Chaque loi en soi n’est pas ce qu’on peut qualifier de tyrannique, mais l’accumulation d’une foule de lois et règlements plus ou moins magnanimes, finissent par sérieusement miner notre épanouissement dans une société qui se dit libre et démocratique.

Tenir la rampe par peur de perdre l’équilibre relève du gros bon sens selon le niveau de la peur et de l’habileté de chacun et, un pictogramme avisant les usagers du métro devrait amplement suffire autant pour avertir les usagers que pour protéger les responsables contre toute potentielle action en dommages. Cependant en faire une loi passible d’amende, dépasse la ligne du raisonnable.

Une foule de lois comme celle-ci font que le peuple commence à en avoir ras le bol et les frustrations accumulées finissent par affecter le comportement des citoyens qui s’en prennent à leur prochain et aux autorités en place. Les forces de l’ordre sont de moins en moins respectées en raison de ces lois paternalistes et lorsqu’on perd le respect de ceux qui maintiennent l’ordre public, on observe une escalade d’événements indésirables avec le potentiel de se rendre jusqu’à l’anarchie totale. Nous pouvons citer comme exemples récents les émeutes déclenchés par les agissements des policiers en Grèce et, plus près de chez nous, les émeutes à Montréal Nord.

Si nos gouvernements veulent éviter la désobéissance civile qu’on observe de plus en plus, il est grand temps qu’ils cessent de traiter les citoyens comme des imbéciles heureux qu’on doit prendre par la main pour guider chacun de leurs pas.

Friday, 15 May 2009

E-CIGARETTES - LETTER TO HEALTH CANADA

July 28/09 - You will find follow-up to this letter at: CORRESPONDENCE WITH HEALTH CANADA ON THE E-CIGARETTE BAN


May 12, 2009

Health Products and Food Branch Inspectorate
Health Canada
Address Locator: 2003C
Ottawa, Ontario K1A 0K9

Sir/Madam,

It is beyond comprehension to see that Health Canada is calling for a ban on the sale and distribution of electronic cigarettes (e-cigarettes) in this country.

In our opinion, this decision is totally counterproductive to the efforts of Health Canada, who have long been in the vanguard internationally in the reduction of tobacco consumption. While the results of Canada’s sustained efforts through educational campaigns have generally been positive in reducing smoking prevalence right up to and including the year 2004, the decreasing trend has halted and smoking rates in Canada have remained the same ever since draconian smoking bans were instituted in many provinces (1). As history has taught us, coercive methods have never yielded positive results.


Apart from the public reacting negatively to coercion, another likely reason why the remaining citizens who smoke may be reluctant to quit their habit is the lack of realistic alternatives to the act of smoking itself. Public health authorities tend to see smoking as a function of addiction to nicotine, and pharmaceutical companies have cashed in on that perception by marketing various nicotine replacement therapy (NRT) devices. These products, in the form of variously flavored chewing gum in colorful packaging, or lozenges, patches, or even inhalers, are advertised extensively in all media. No doubt NRT sales are high and profitable, but the long term success rate of quitting smoking by use of NRT products as they are marketed now is a dismal 1.6% (2 & 3).

Electronic cigarettes are seen by many as a more attractive alternative to the NRT products available from the pharmaceutical industry and a viable alternative to those who wish to continue profiting from the benefits of nicotine. The use of the e-cigarette simulates the physical acts and sensations characteristic of smoking, including holding a cigarette-shaped device, inhaling nicotine vapor from it, and exhaling propylene glycol vapor. This vapor is a relatively inert gas which is odorless and does not linger in the air around the e-smoker. There is no environmental smoke produced by e-cigarettes therefore there is no annoyance to by-standers.

The popularity of the e-cigarette has spread virally through means such as word of mouth and internet forums. Large numbers of people around the world claim that use of e-cigarettes has helped them quit or cut down on their smoking and that it provides a degree of comfort, satisfaction, and convenience to those who do not wish to give up nicotine intake for various reasons.


In light of all of this, it is beyond disappointing to see that Health Canada is calling for a ban on the sale and distribution of electronic cigarettes in this country. We as a group representing smokers find it absurd that Health Canada would keep it legal to smoke tobacco and ban the marketing of e-cigarettes, which offer an effective alternative and we are not alone to feel this way (4).

Contrary to conventional cigarettes emissions, E-cigarette vapor only contains two chemicals: nicotine and glycol propylene. Nicotine is generally accepted as relatively harmless by authorities, and is an approved legal substance. After all, NRT products, some of which are inhaled nicotine, are allowed to be freely marketed over the counter with no legal age for purchase and Health Canada has either authorized or is in the process of authorizing clinical trials of such nicotine products on pregnant women (5). Propylene glycol is approved as an additive for various foods, is used as a preservative substance to maintain moisture in products, and has been animal tested (including on simians, not just laboratory rats) as relatively harmless when inhaled. (6 & 7)


The electronic cigarette is in essence a nicotine delivery device in the same mould as pharmaceutical NRT products. What is it in the combination of nicotine and propylene glycol that has Health Canada thinking that e-cigarettes are more hazardous than tobacco and NRT products such as inhalers? Surely e-cigarettes, which are neither tobacco products nor pharmaceutical products, should be permitted to be marketed and distributed freely providing they are not advertized as therapeutic devices.

Unable to comprehend what motivated Health Canada to ban e-cigarettes while keeping tobacco and pharmaceutical nicotine replacement therapy as well as the dangerous drug Chantix legal, we are forced to conclude that the only parties worthy of protection from Health Canada are the pharmaceutical and tobacco industries whose profits are threatened with the advent of this smart invention that had the potential of reestablishing harmony between smoking and non-smoking citizens and bringing much needed business back in our hospitality sector.

We strongly urge Health Canada to rethink their e-cigarette policy immediately, in the interest of the people they represent as opposed to the financial interests of powerful corporate lobbies.

Sincerely,


Iro Cyr
for:
C.A.G.E., Citizens for Civil Liberties and mychoice.ca

Disclaimer: C.A.G.E, Citizens for Civil Liberties and mychoice.ca* are grassroots non-profit organizations with no financial ties to the Tobacco, Pharmaceutical or e-cigarette industries.

References:

1) Canadian Tobacco Use Monitoring Survey - The Daily Monday, August 25, 2008 http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/080825/dq080825b-eng.htm

2) Effectiveness and safety of nicotine replacement therapy assisted reduction to stop smoking: systematic review and meta-analysis - BMJ 2009;338:b1024 Published 2 April 2009, doi:10.1136/bmj.b1024 http://www.bmj.com/cgi/content/abstract/338/apr02_3/b1024

3) New Study Demonstrates How Conflicts of Interest with Big Pharma Influence Reporting of the Effectiveness of Smoking Cessation Drug Treatment - Tobacco Analysis blog by Dr. Michael Siegel, professor Social and Behavioral Sciences, Boston University School of Public Health.http://tobaccoanalysis.blogspot.com/search?q=Conflicts+of+Interest+with+Big+Pharma+Influence+Reporting

4) Absurdity Gone Wild: Health Canada Asks Smokers Not to Use E-Cigarettes Because of Safety Concerns, But Not to Refrain from the Known Toxic Ones - Tobacco Analysis blog by Dr. Michael Siegel, professor Social and Behavioral Sciences, Boston University School of Public Health. http://tobaccoanalysis.blogspot.com/search?q=Absurdity+Gone+Wild

5) Correspondence between C.A.G.E. and Mr. Yadvinder Bhuller, Manager - Clinical Group II , Office of Clinical Trials and Mr. William King, Chief of Staff, Ministry of Health. http://www.cagecanada.ca/index.php?pr=Nicotine_Replacement


6) Safety Report on the Ruyan® e-cigarette Cartridge and Inhaled Aerosol - Murray Laugesen Health New Zealand Ltd Christchurch, New Zealand. - 30 October 2008 http://healthnz.co.nz/RuyanCartridgeReport30-Oct-08.pdf

7) Preclinical safety evaluation of inhaled cyclosporine in propylene glycol. - PMID: 18158714 [PubMed - indexed for MEDLINE] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18158714?ordinalpos=1&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_RVDocSum

*Please note that as of January 1, 2009, mychoice.ca no longer receives any funding from the tobacco industry.

Thursday, 14 May 2009

DANS L'ACTION EN JUSTICE CONTRE L'INDUSTRIE DU TABAC, LES GRANDS PERDANTS SERONT NOUS LES CITOYENS


À l’instar de la Colombie Britannique et 7 autres provinces, le Québec a déposé un projet de loi le 13 mai dernier qui établit les règles pour actionner l’industrie du tabac afin de récupérer les coûts pour les soins de santé des fumeurs.

À cet effet le projet de loi modifie les règles légales présentement établies dans le but de rendre l’action en justice recevable auprès de nos tribunaux. On peut prendre connaissance de ces modifications en consultant le projet de loi 43 ici.

Hormis le fait que c’est terrifiant de constater avec quelle facilité un gouvernement en place peut changer les lois au gré des besoins du moment, nous avons plusieurs autres craintes par rapport à ce projet de loi que nous qualifions de régressif et immoral pour les citoyens fumeurs et même les autres.

À cet effet, le Gouvernement du Québec a été en toute évidence poussé avec insistance par les lobbies anti-tabac puissants vers l’adoption de ces mesures. Dans le milieu de l’industrie de l’anti-tabac lorsqu’un ou plusieurs organismes d’une province réussit à obtenir la faveur des politiciens pour une loi ou politique, les autres suivent dans un effet de domino. D’ailleurs l’anti-tabagisme travaille mondialement en concert et leurs campagnes se suivent et se ressemblent. Certains pays réagissent moins vite que d’autres, mais en occident la synchronisation est généralement très bien réussie.

Ainsi, le gouvernement du Québec, Yves Bolduc comme instigateur allégué, a jugé bon d’entamer des procédures pour actionner l’industrie du tabac, afin de récupérer les coûts des soins des fumeurs. Pour ce faire, il établit une loi qui a pour but de permettre de recouvrer collectivement ces dits fonds et pour faire reconnaître les études épidémiologiques et statistiques comme preuve de causation des maladies des fumeurs, entre autres ‘’ajustements’’ que le projet de loi propose. Rappelons-nous que l’épidémiologie, n’étant pas une science qui peut faire la preuve d’une cause de maladie, il est très difficile, parfois même impossible, pour un individu qui désire actionner une compagnie de tabac d’avoir gain de cause en se servant de l’épidémiologie comme preuve. Et bien, le projet de loi 43 remédie à cette lacune pour le but de ce recours au nom de la collectivité.

Que grand bien leurs fasse s'exclameront certains en évoquant les manigances passées des compagnies de tabac ! Mais est que ce sont vraiment les compagnies de tabac qui seront pénalisées si le gouvernement du Québec réussit à avoir gain de cause ?

Si nous examinons ce qui s’est passé avec nos voisins du sud lorsqu’ils ont réglé hors cours à travers le Master Settlement Agreement qui a obligé les compagnies de tabac de verser 245 milliards en 25 ans aux gouvernements de la plupart des états, nous comprendrons que cette entente n’était qu’une taxe déguisée que les fumeurs ont comme à l’accoutumé absorbé, car les cigarettiers ont repartie cette somme sur le prix des cigarettes. Qui plus est, les montants versés au gouvernement à travers cette taxe déguisée étaient sensés servir pour éduquer et assister les fumeurs. Certes plusieurs organismes anti-tabac ont profité des octrois pour faire de ‘’l’éducation’’ (et c’est probablement ce qui fait saliver nos anti-tabagistes québécois qui applaudissent le projet de loi 43), mais le plus gros de ces sommes a servi et sert encore pour des fins toutes autres que l’assistance aux fumeurs. D’ailleurs les gouvernements des états suppriment petit à petit des organismes anti-tabac, faute des fonds. Alors non seulement les fumeurs du Québec qui paient déjà des taxes d’extorsion sur le tabac qui servent à toute autre fin que leurs soins de santé, mais, si le gouvernement du Québec a gain de cause, le coût du tabac sera augmenté d’avantage car si les compagnies de tabac canadiennes ont des délais semblables à leurs homologues américains pour payer, ils ne feront que majorer le prix du paquet de cigarettes ou tout autre produit de tabac pour les récupérer à long terme.

Dans l’éventualité que les compagnies de tabac ne se voient pas accordées un délai pour payer, il est fort probable que certaines, si non toutes, seront tentées de faire faillite. Qu’est-ce que la société aurait gagné ? Non seulement ces procédures judiciaires qui vont s’étaler sur plusieurs années auraient coûté une fortune aux contribuables, c’est la contrebande et le tabac importé qui remplacera les compagnies locales. En plus, non seulement les taxes directes sur le tabac seront perdues, mais également des milliers d’emplois, des impôts et des taxes indirectes dans ce secteur de l’économie. Est-ce que cela éliminerait le tabagisme ? Non, cela ne ferait que transférer les gains aux contrebandiers en majeure partie.

Mais il n’y a pas que des enjeux économiques qui nous préoccupent dans ce recours. Nous trouvons tout à fait hypocrite qu’un gouvernement qui est au courant des risques du tabagisme depuis des décennies mais qui continue de collecter des taxes sur un produit qu’il qualifie de létal, insiste encore et toujours de le maintenir légal tout en actionnant les compagnies de tabac. Aucune intention dans ce projet out tout autre projet de loi de rendre le tabac illégal pour éviter des dépenses futures pour les soins de santé, même pas une loi pour instaurer un âge légal pour fumer. L’hypocrisie à son paroxysme quoi ! Ce même phénomène peut être observé auprès des anti-tabagistes ‘’applaudisseurs’’ de ce projet de loi.

Il y a également le phénomène de la pente glissante dans laquelle des telles lois nous engagent qui nous préoccupent encore davantage. Car, qu’on se le dise, cela ne s’arrêtera pas avec le tabac. Si les gouvernements ont gain de cause avec leurs actions en justice contre l’industrie du tabac, l’appât du gain fera que cet exercice immoral s’étendra sur d’autres industries dites ‘’irresponsables’’. Nous n’avons qu’à observer à quel point que la malbouffe est ciblée pour prédire avec beaucoup d'assurance que si la tendance se maintient et nous ne faisons rien pour la renverser, dans quelques décennies sinon avant, l’industrie alimentaire se trouvera exactement dans la même position que l’industrie du tabac. Le seul facteur qui fait qu’elle ne l’est pas encore, est le temps. Nous n’avons qu’à reculer une couple de décennies en arrière, dans les années 70 et 80 lorsque les campagnes anti-tabac étaient très raisonnables, pour comprendre que les lobbies anti-tout ne s’arrêteront jamais. Déjà que localement la Coalition poids se fait de plus en plus agressive et la Canadian Obesity Network au Canada (examiner les sources de ses revenus corporatifs ici) on peut imaginer ce que ça sera dans quelques années. Et que dire des lobbies anti-alcool avec en tête l’organisme MADD dont les demandes deviennent de plus en plus exagérées ?

N’hésitez surtout pas de combattre des telles tendances, car si certains d’entre nous pouvons rester indifférents devant le sort des compagnies de tabac, nous ne devons jamais oublier que ce sont nous en tant que consommateurs qui sommes pénalisés à travers le prix de détail en bout de ligne dans toute industrie qu’on attaque. Incidemment, avez-vous remarqué à quel point que les prix des repas des restaurants ont augmenté depuis les interdictions de fumer
?

Québec pourrait poursuivre les fabricants de cigarettes

Monday, 11 May 2009

AVOIR ÉLIMINÉ LES HELLS PEUT AVOIR CRÉÉ DES PIRES PROBLÈMES


Dans un monde idéal il y aurait ni drogue ni crime et tout le monde vivrait en harmonie. Mais nous ne vivons pas dans un monde idéal et la drogue est omniprésente dans notre société causant beaucoup de ravages et actes criminels.

Aussi, lorsqu’il y a une demande comme il y en aura toujours, ce n’est pas en éliminant ceux qui comblent cette demande qu’on réussit à la baisser. Le dernier exemple de ce phénomène est l’élimination des membres des Hells au Québec tel qu’on peut lire dans l’article de canoë ici bas.

Qu’a-t-on gagné en éliminant les Hells ? Rien à part de pénaliser les usagers des drogues, certains plus accros que d’autres, qui se trouvent obligés de débourser des prix artificiellement gonflés à ceux qui ont pris le contrôle du commerce illicite.

C.A.G.E.se rallie derrière le message de LEAP et soutient que la seule solution pour baisser la criminalité, pour contrôler la qualité des drogues et pour désengorger nos prisons et système judiciaire tout en aidant les usagers des drogues illicites de s’en sortir, est de décriminaliser la drogue et de la rendre disponible à prix raisonnable dans des milieux contrôlés. Les taxes que l’état percevra de la vente de ces drogues pourraient servir pour offrir une assistance accrue et soutenue aux personnes aux prises avec l’addiction de ces substances. En autant bien entendu qu’on n’exagère pas sur les taxes et qu’on ne s’en serve pas pour renflouer les coffres de l’état. Bien sûr ceci n’éliminera pas tous les problèmes reliés à la consommation des drogues mais il éliminera au moins une bonne partie du crime organisé et moins organisé comme les gangs de rue sans aucun scrupule qui ont remplacé les Hells depuis leur élimination.

Thursday, 7 May 2009

ALLERGIE AUX ÉTUDES !

L’obésité est en compétition intense avec le tabagisme en ce qui a trait au nombre de maladies qu’elle cause ! On en invente…pardon, découvre, des nouvelles presqu’à toutes les semaines. Et tout comme l’étude au lien ici-bas, les chercheurs n’oublient jamais de dire que leur recherche n’est pas concluante et qu’il faudrait en faire des études subséquentes pour confirmer leurs hypothèses.

On ne peut évidemment pas empêcher les chercheurs de fouiller, cependant serait-ce vraiment irraisonnable de demander aux médias d’arrêter de nous rapporter chaque petite ou grande étude qui apporte du beurre sur la table des chercheurs ? À part de quelques hypocondriaques qui doivent trembler à chaque publication d’étude, le peuple en en a marre de ces nouvelles médicales non-concluantes et souvent tout à fait contradictoires !

Association entre l'obésité et les allergies

Monday, 4 May 2009

TRUTH IS FINALLY SURFACING IN NONE LESS THAN THE WALL STREET JOURNAL

After years of trying to get some mainstream media reporters to investigate the issue, it is heartening to see that someone is finally digging deeper into the Pharmaceutical interests of smoking bans.

Kudos to the authors Jane Zhang and Brody Mills for an honest article on pharma's direct and through the Robert Wood Johnson Foundation funding towards implementing smoking bans to boost their profits. Kudos to the Wall Street Journal for publishing the article. We certainly hope this will motivate more reporters to dig deeper as there is a lot more to bring to light!

Please take the time to drop a note to Jane Zhang and Brody Mills to thank them for their honest work at:
Jane.Zhang@wsj.com and brody.mullins@wsj.com .

Excerpts from the article: Nomination Tests Antilobbyist Policy . Please take the time to read the whole article because it is an excellent read.

The Campaign for Tobacco-Free Kids has received millions of dollars from pharmaceutical companies that would benefit from the organization's work to reduce smoking because they sell products that help people quit, such as Nicorette gum and NicoDerm patches.

(…)In the past five years, the drug industry has contributed $3.3 million, amounting to 3.2% of the Campaign's funding, said spokesman Vince Willmore.

Most of the money was donated by GlaxoSmithKline PLC, which has contributed nearly $3 million since 2004, according to Campaign records.

Pfizer Inc. donated $385,000 since 2007 and Johnson & Johnson gave $50,000 for an award in 2008 and 2009.

The Campaign was founded in 1996 to take on the tobacco industry. Its first grant came from the Robert Wood Johnson Foundation, the nonprofit established with the personal fortune of Robert Wood Johnson, who helped build Johnson & Johnson. The foundation, a large shareholder of J&J stock, is the Campaign's biggest contributor, donating more than $85 million since its founding.

What is brought to light in this article is only the tip of the iceberg. There are billions of dollars being funneled through foundations and non-profits into the smoking bans and into the increase of tobacco taxation worldwide to profit the bottom line of the pharma industry. You can find extensive research on the issue at: http://www.rwjf.org/portfolios/grantlist.jsp?iaid=143&gsa=1 and many other links on the same blog http://cleanairquality.blogspot.com/

Sunday, 3 May 2009

DREW EDWARDS AND ''THE RECORD'' DISRESPECT AND ABUSE A QUARTER OF THE POPULATION


A couple of our readers brought to our attention a distasteful and hateful article that recently appeared in a Waterloo / Guelph newspaper -- the Waterloo Region Record -- written by a local journalist and family man, Drew Edwards.

We will not dignify the author and the newspaper that printed this hateful piece by linking it here. In summary in his article, I'm going to turn my back on all those stinky smokers, the author expresses that he has decided to let go of unbearable flatulence any time he passes a group of smokers huddled outside smoking, in an effort to get back at them for polluting the air he breathes. He furthermore thinks that smokers should be sent to the zoo with the monkeys and targets on their backs on a spicy food night.

If smokers were a protected identifiable group the editors of this newspaper would have never published such trash. Not only would it have been qualified as hate literature against an identifiable minority but it would have also been considered an incitement to violence towards an important segment of the population.

Obviously The Record believes that at least a quarter of the population is not worthy of respect from their newspaper and those that write for them and as long as it is a less politically correct group of people that is targeted all is well in the wonderful world of journalism. This same newspaper allows to be published ads that discriminate smokers against employment.

Does this newspaper deserve its readership? We dare hope that anyone with any respect for their fellow citizens and themselves stops reading and advertizing in this paper and takes the time to let the editors know exactly why.