There was an error in this gadget

Thursday, 26 February 2009

THE ''FORBIDDEN CONFERENCE'' VIDEOS


FORCES has now posted most of the videos of the speeches at the ‘’Forbidden Conference’’. You can find them at this link.

Enjoy but most of all use this educational material to educate others!

LE PORT DU CASQUE BIENTÔT OBLIGATOIRE ?

Voici une occasion d’exprimer clairement votre opinion sur une nouvelle interdiction qu’on a pu éviter jusqu’à date mais qui risque de devenir bientôt réalité. LCN pose la question suivante suite à la nouvelle : Le port du casque obligatoire: une entrave à votre liberté ou une mesure de sécurité? Vous pouvez y répondre en cliquant sur ce lien http://lcn.canoe.ca/contact/

Voici la réponse que notre vice-présidente leur a fait parvenir :

Une autre entrave à nos libertés se pointe le nez avec l'obligation du port du casque. Décidemment le gouvernement est résolu de s'approprier de notre corps coûte que coûte. Je ne savais vraiment pas que je faisais cadeau de mon corps à l'état le jour qu'on m'a imposé le système de santé public sans aucune possibilité d'y renoncer pour retrouver la liberté de décider pour moi-même. Et non, je ne fais aucun sport dangereux et si j'en faisais je suis assez peureuse que je porterai non seulement un casque mais une armure au complet, mais je voudrais que ce soit mon choix et non pas une mesure dictée par un gouvernement de plus en plus envahissant.
Lisez la nouvelle au :

LE SURPOIDS AUSSI NOCIF QUE FUMER SELON LES ‘’EXPERTS’’


Nous avons rapporté à plusieurs reprises que la campagne anti-tabac sert et continuera à servir de modèle pour toute campagne de santé publique subséquente. Maintenant qu’on a vendu à coups de milliards aux populations que même quelques bouffées de fumée sont nocives pour la santé, on s’en sert comme exemple pour comparer toute autre idée qu’on veut avancer ou plutôt vendre !

Les campagnes contre l’obésité (contre les obèses dans un avenir très rapproché puisqu’on suggère désormais que l’obésité est contagieuse) ressemblent de plus en plus aux campagnes anti-tabac et ceci n’est pas un hasard. Il est bien documenté que les lobbyistes anti-obésité ont copié leur modèle sur la campagne anti-tabac malgré qu’ils concèdent qu’il sera plus difficile de dé-normaliser une personne en surpoids qu’une personne qui fume d’où leurs efforts soutenus de prouver coûte que coûte que l’obésité est contagieuse (lire notre article en anglais : A NAUGHTY LITTLE VIRUS THIS AD-36! ) .

Il n’y a pas un jour qui passe qu’on ne lit pas ou on n’entend pas dans les médias une nouvelle découverte sur la nocivité de l’obésité selon leur propre critère d’obésité et de nocivité bien entendu. L’obésité a été acceptée comme maladie (lire notre article en anglais FOLLOW THE MONEY BEHIND THE OBESITY ‘’DISEASE’’ ) malgré qu’une personne obèse n’est pas nécessairement malade et peut souvent être plus en santé qu’une personne dite normale et il n’est pas rare qu’on emploie le terme ''patient'' lorsqu'on parle d'un obèse.

C’est contre cette pente glissante qu’on avait mis la population en garde lorsqu’on a commencé notre mission il y a plus de quatre ans en exhortant la population de ne pas permettre aux gouvernements de dicter le style de vie des gens. Est-il trop tard pour freiner cette tendance envahissante de la santé publique ? Il n’est jamais trop tard pour bien faire. N’hésitez pas de publiquement poser les bonnes questions aux représentants de la santé publique et aux journalistes qui leurs servent de vitrine publicitaire lorsque vous voyez que quelque chose ne tourne pas rond dans leurs énoncés. Obligez-les de rendre des comptes. Ils sont payés pour nous servir et non pas le contraire. Mettez-les au défi de vous donner les preuves scientifiques incontestables lorsqu'ils tentent de vous dicter votre façon d'être et de vivre. Vous seriez surpris à quel point qu'il n'en existe pas et tout n'est qu'hypothèse basés sur des statistiques dérivés par des ordinateurs lesquels on programme avec très peu de souci pour l'exactitude et la vérité.

OFFICIAL: THERE IS NO LEVEL OF ALCOHOL CONSUMPTION THAT CAN BE CONSIDERED SAFE


Does the title of this post sound familiar?


How about this paragraph from the article linked below?


"Although the magnitude of the excess absolute risk associated with one additional drink per day may appear small for some cancer sites, the high prevalence of moderate alcohol drinking among women in many populations means that the proportion of cancers attributable to alcohol is an important public health issue," the authors write.

What the authors are saying in plain language is that the risk is very small for any individual person but it becomes an important health issue collectively. In other words it doesn’t really matter how small the risk is, it will translate into many many cancers as the world population increases. So in the name of reducing the death toll collectively, an individual will no longer be allowed to take individual risks no matter how small because public health must do their job and reduce the total death toll by hook or by crook even if that means taking away all individual liberties in the process.
Is this the type of society we want to live in? Have we become a herd of farm animals that must be fed whatever our providers deem healthy in order to be kept alive as long as we’re productive and relatively healthy that we don’t cost our public health masters any unnecessary spending? Wow!

And what to say about the forever contradictory findings from one study to another, depending on the funders of the studies of course! And they wonder why an ever increasing number of people don’t trust a word epidemiology says any longer?

Welcome to the world of de-normalization to the social drinkers! Hop along and make yourselves comfortable, this is going to be a very long and sinuous ride.

Wednesday, 25 February 2009

ANTI-TOBACCO DOGMATISTS HAVE NO REGARD FOR SCIENCE OR TRUTH


Next time you read or hear an anti-tobacco dogmatist claim that ‘’science’’ has proven that smoking bans reduce heart attacks, please do real science a favor and set the messenger of such ‘’good news’’ straight by sending them the present page that tells the true story: Anti-tobacco activists have absolutely no regard for science or truth when it comes to advancing their agenda.

Dr. Michael Siegel has thoroughly analyzed a series of anti-smoking studies that popped up like mushrooms over the last couple of years in unsuccessful attempts to prove that smoking bans have immediate effects in reducing heart attacks. The conclusions of these studies were extremely important to the anti-tobacco dogmatists because they would have confirmed their allegations that there is no safe level of tobacco smoke and even half an hour of exposure to other people’s smoke can cause a heart attack. Each and every study when looked at closely failed miserably to give anti-smokers this strongly desired weapon. But this doesn’t stop any of them, including the Quebec government’s attorney during the Quebec UTBQ court challenge, to continuously use them as a propaganda tool in an effort to convince politicians, judges and Mr. Q Public that smoking bans are worth their weight in gold and any economic loss or social havoc becomes irrelevant and immaterial compared to the numerous lives saved.
Read Dr. Siegel’s comments about the various studies:







As you can appreciate Dr. Michael Siegel did an excellent job debunking all of these studies. The links above take you to only some of the many articles he wrote on this issue, but Mr. Chris Snowdon has now taken it a step further by officially proving that smoking bans have absolutely no immediate effects in reducing heart attacks no matter how hard the dogmatists try to prove the opposite. Please read his excellent analysis at the link below.

Tuesday, 24 February 2009

ABOUT WIKIPEDIA

Most internet users know what Wikipedia is but if there are still some who don’t, please enter ‘’what is Wikipedia’’ in Google to read about this online encyclopedia.

In their own site, Wikipedia claims that ‘’12 million articles (2.75 million in English) have been written collaboratively by volunteers around the world, and almost all of its articles can be edited by anyone who can access the Wikipedia website.’’ This of course sounds great in theory but how true is it in reality?

We recently submitted some facts about unintended consequences of comprehensive smoking bans in Canada and we cited sources such as Statistics Canada and the RCMP to back up our addition to their own definition of smoking bans. We were simply and objectively attempting to bring to the attention of the Wikipedia readers that comprehensive smoking bans caused a serious contraband problem in Canada especially in Ontario and Quebec while not making any dent in the smoking prevalence. We believe that citizens and governments throughout the world should be informed on all sides of the issue and be made aware that comprehensive smoking bans can and, more often than not, do bring about serious perverse side effects.

Here’s exactly what our addition to the Wikipedia smoking bans definition stated and the sources:

In Canada, while smoking prevalence was steadily decreasing up to and including 2004, it [http://www.statcan.ca/Daily/English/080825/d080825b.htm] stalled since 2005 the same year the two biggest provinces (Ontario and Quebec) adopted some of the world's toughest legislations to be implemented in 2006. [http://www.rcmp-grc.gc.ca/fio/tobacco_strategy_2008_e.htm contraband tobacco] has reached alarming proportions since the ban, selling at a fraction of the price of the legal products.

The Wikipedia engine hardly had time to digest our entry and the web crawlers to detect it, that it was already taken down from the Wikipedia website with the following notation: (Effects on tobacco use: Removed Canada info. Unfortunately the cites did not say this and it looks like a case of synthesis.)

We will let our readers be the judge if the Statistics Canada and the RCMP ‘’cites’’ did not say what we reported but we nevertheless did not argue this decision since it is apparently a waste of precious time to get Wikipedia to report without a bias. In fact after reading articles in FORCES about this very same problem we tend to agree with them that ‘’ Wikipedia, like most of the mass media, is not a genuine information source on such issues, but rather an indoctrination tool’’.

You can read FORCES and Dave Hitt’s experiences with Wikipedia at: Wikipedia Hijacked by Antitobacco and Hijacking of Wikipedia Confirmed

ENTRE LA PROMESSE D'UNE BONNE SANTÉ ET LA LIBERTÉ, JE CHOISI LA LIBERTÉ !


La lettre qui suit nous a été envoyée par un nouveau membre de C.A.G.E.

Des lettres comme celle-ci doivent être envoyées sur une base régulière à nos politiciens et les médias si on veut qu’ils sachent que contrairement à ce qu’ils colportent, la loi anti-tabac est loin de faire l’unanimité.

À qui de droit:

Je crois qu'il est inaceptable d'attaquer notre culture ; le tabac est un produit utilisé par mes ancètre MicMac depuis des siècles (chasse les mauvais esprits); il a été adopté par nos envahisseurs qui maintenant, s'abrogent le droit de l'interdire graduellement en publique et bientôt, dans le privé. (sans pour autant en interdire la vente)
Ces mêmes envahisseurs s'infiltrent, par des lois politiques (influencé par les Cie d'assurance et pharmaceutique) dans notre choix de vie.

Si on accepte force de loi constitutionnel (liberté de religion etc) d'accepter les us et coutumes des nouveaux arrivant ( musulmans, shick ou tout autres cultures) de quel droit, la notre serait prescrite? Si je rentre dans un bar fumeur; c'est mon choix (ce que je ne fais plus ,car il y a interdiction de fumer ) alors je me retrouve dans des lofts résidences privées, ou toute est permis même pour des adolescentes (mineurs) et aucunes restrictions d'heures de fermetures et de produits de consommations ( extasie, coke, pot et autres) il suffit de participer aux dépenses et, le tour est joué. (aucun bar ne peux compétitionner avec cette formule. (pas de permis à payer, aucunes restrictions d'âge et de fermeture et on peux fummmmer) les I-Pod pour la musique aux choix de chacun et des écouteurs pour les danseurs (très sexy) qui suivent la musique improvisée par un DJ. (pour éviter les plaintes du voisinage sur le bruit)

Je crois que c'est aux propriétaires responsables de bar de juger de la situation; et de modérer un fumeur excessif comme un buveur qui exagère sa consommation. J'avais trouver ce bar; mes malheureusement la STASI du tabac y a mit fin (suite une ou des délations de biens pensants puristes, angéliques). DOMMAGE pour le tenancier c'était un bar musicale de quartier très sympa.

J'ai mon voisin qui a une volaille en cage bien nourrit et, parait en santé...mais en cage.
La liberté c'est comme une assurance; il faut payer la prime pour qu'elle reste active.
Si le prix de la liberté c'est ma santé alors; j'opte pour ma liberté. (C'est à moi de gérer ma santé et non à la force politique qui c'est procurée le pouvoir de par ses donnateurs et, suivit promesses illusoires.

LES BAGELS CUITS AU FOUR À BOIS BIENTÔT INTERDITS?


Nous vous invitons de lire l'article de Canoë Polluants, les bagels? ainsi que les commentaires des gens qui trouvent que cela va trop loin, qui l'accompagnent.

Vous y trouverez également notre propre commentaire qui lit comme suit:

Lorsque les amants des libertés ont tenté de mettre la population en garde contre les interdictions à perpétuité en commençant par les interdictions exagerées de fumer un produit légal jusqu'à dans les clubs privés, la majorité a joué à la sourde oreille car cela faisait l' affaire de ceux qui n'aiment pas l'odeur de la fumée.

Maintenant que les interdictions instiguées par toutes sortes de groupes de pressions (et oui l'association pulmonaire est aussi un groupe de pression) commencent à toucher la vie d'un nombre de citoyens plus diversifié on crie au meurtre?

Et bien, on ne recolte que ce qu'on a laissé semer et avec intérêt par surcroît. À moins que certains groupes d'intérêt de plus en plus puissants soient remis vite à leur place, attendons-nous à des interdictions de plus en plus exagerées et absurdes. Après tout, tout comme la cigarette, le bagel cuit au four à bois, ou le bagel tout court, n'est pas une nécessité absolue mais un petit plaisir de la vie (qui fait engraisser pardessus le marché). Qu'importe si cette interdiction viole toute tradition, tout comme il importait peu qu'on viole la tradition nord-américaine de fumer en prenant un verre. On en a vraiment pas besoin de bagels pour vivre, ils vous diront. Dans quelques années il nous sera permis de consommer seulement ce qui est absolument nécessaire pour la survie. Préparez-vous à cette éventualité qui rendra la vie non seulement sans grand intérêt, mais une prison avec des citoyens otages pas plus en santé que nos parents et grands-parents l'ont été malgré les petits plaisirs qu'ils se permettaient et qui rajoutaient du piquant à la vie.

Sunday, 8 February 2009

RELÂCHE DE PUBLICATION BREAK

Ce blog fera relâche du 8 au 25 février inclusivement. Vous pouvez toujours laisser vos commentaires. Merci.


Publications on this blog will be interrupted from February 8th to February 25th inclusively. You can still leave your comments. Thank you.

Saturday, 7 February 2009

A NAUGHTY LITTLE VIRUS THIS AD-36!


Since obese people do not hurt anyone else but maybe themselves and since forcing other people to lose weight is not totally socially acceptable…yet, the lifestyle trend setters aka politicized scientists and their pharmaceutical funders, are slowly but surely introducing the notion that obesity is contagious.

They started by introducing a study that claimed that people who hang around or live with obese people take up the bad habits and lifestyles of the obese and therefore become obese themselves. Second hand obesity if you prefer. But obviously that was not a strong enough ''finding'' to declare obesity a true contagious ‘’disease’’ in the strictest term of the word. They needed something more compelling to stigmatize people who are overweight or obese and wouldn’t you know it, they found it! The E4orf1 gene of Ad-36 of course!

How could science have missed it all these years ? For centuries people have lived in even closer contact with each other than today and there were all types and sizes of people: Skinny, regular, overweight, fat, super fat, without the ad-36 playing any tricks on them, yet today this little rascal of a virus decided to become a lobbyist for the pharmaceutical industry and travel from body to body (all expenses paid) causing an obesity pandemic. Naughty little virus indeed! Someone must have promised this little troublemaker a hefty commission from the sales of diet pills, Splenda, bariatric surgery, vaccines and anything else Big Pharma will invent to force stigmatized people to comply by using their products and means to attain ‘’normality’’ and stop hurting other people.

So if you have anyone to blame for your weight, kindly refer to AD-36 from now on. And please stay away from your children and our children, for their own good of course!

Could viruses contribute to the worldwide epidemic of obesity?

Could a Vaccine Stop the Obesity Epidemic?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU TICAP PRESS RELEASE

ENGLISH WILL FOLLOW


DES TENTATIVES POUR ÉTOUFFER L’EXPRESSION LIBRE ONT ÉCHOUÉ

La toute première conférence internationale contre la prohibition fut un énorme succès malgré les tentatives anti-démocratiques d’empêcher sa réalisation.

Fumeurs et non-fumeurs ont uni leurs voix pour exprimer aux politiciens de partout dans le monde qu’ils en ont assez de l’ingérence de l’état dans leur vie.


Des délégués venus de 13 pays se sont réunis à Bruxelles réclamant d’une seule voix un terme à l’appropriation de leurs corps par l’état.

La conférence devait avoir lieu au parlement européen, mais suite à des plaintes d’un groupe anti-tabac faisant partie d’une coalition ayant des liens avec l’industrie pharmaceutique, on a interdit aux organisateurs l’accès aux lieux, laissant ainsi à peine quelques jours afin de trouver un nouvel emplacement pour tenir la conférence.

Le président de TICAP, John Gray, précise qu’il y a eu des allégations calomnieuses à l’effet que la conférence était financée par l’industrie du tabac, lorsque dans les faits elle était parrainée par le parti politique britannique le United Kingdom Independence Party (UKIP).

‘’Une réunion derrière des portes closes a eu lieu à l’EU et une décision a été prise sans aucun droit de réplique sous le prétexte que la conférence entacherait la dignité du parlement’’, a-t-il expliqué. ‘’La conférence fut annulée sans que les organisateurs soient mis au courant pour l’apprendre à la dernière heure par eux-mêmes’’.

Furieux, le chef Godfrey Bloom (membre du UKIP au parlement européen) indique que le parti logera une plainte. Ironiquement, M. Bloom invite les délégués à fumer dans son bureau de l’UE lors d’une tournée aux installations du parlement EU. Il semblerait que fumer est permis au cœur de la démocratie européenne, mais en parler est interdit.

Des conférenciers experts en leurs spécialités respectives ont remis en contexte la propagande anti-tabac vis-à-vis les vrais risques.


Le Dr. Gio Gori, ancien directeur du programme du US National Cancer Institute Smoking and Health, a expliqué que la ‘’preuve’’ sur la nocivité de la fumée secondaire a été manipulée dans le but d’implémenter les prohibitions de fumer.


Dr. Jan Snell, de l’université d’Amsterdam, a discuté des méfaits psychologiques, de l’isolement, de la dépression et des suicides que les interdictions de fumer peuvent causer.

L’économiste Dr. Barrie Craven de l’Université Newcastle sur Tyne, a, pour sa part, passé en revue les dommages à la culture Britannique assortis de la fermeture des six pubs par jour résultat des interdictions de fumer. ‘’Cela est particulièrement discriminatoire envers la classe ouvrière car leurs endroits traditionnels pour socialiser, notamment les clubs des travailleurs et les salles de bingo, ferment plus vite que les autres endroits de l’industrie de l’hospitalité’’, a-t-il fait valoir.


La conférence a également étalé les dernières tendances tant qu’à l’ingénierie sociale, les dangers et périls guettant tout peuple qui permet au gouvernement de décider ce qui est bien ou non pour le citoyen, et l’exclusion et haine dirigées contre les fumeurs depuis les 30 dernières années.

Le réputé professeur et tabacologue français, Robert Molimard, a, quant à lui, choisi de faire parvenir un message écrit à l’assemblée assurant son cordial et large soutien à la cause, en autant qu’elle respecte l’esprit que toute liberté petite ou grande doit être farouchement débattue afin de préserver la démocratie qui connaîtrait autrement des conséquences tragiques.


L’auteur et historien Christopher Snowdon, a exposé comment que les organismes anti-tabac, tel que l’OMS, ASH, le BHF, le Cancer Research UK, sont fortement financés par l’industrie pharmaceutique et le gouvernement qui se disputent le marché de la nicotine avec l’industrie du tabac.

La conférence a aussi soumis que les obèses et buveurs d’alcool deviendront les prochaines cibles de l’exclusion sociale si la marche puritaine vers la prohibition des choix de vie, en ayant comme prétexte la ‘’bonne santé’’, n’est pas stoppée.


Suite au succès retentissant de cette conférence -- conférence qui a envoyé un message haut et clair à ceux qui ont été élus pour représenter le peuple -- d’autres lui succéderont dans le but de communiquer le trop plein des citoyens vis-à-vis l’ingérence du gouvernement dans leur vie et quotidien.




The first ever international anti-prohibition conference has been hailed a huge success despite undemocratic moves to stop it.

Smokers and non-smokers against moves to lifestyle control led the way in telling politicians that they have had enough of state interference.


Delegates from 13 nations across the world stood united in Brussels as they called for an end to state control of their bodies.


The conference was to be held in the European Parliament, but following complaints by an antismoking group that is part of a coalition with ties to the pharmaceutical industry, the plug was pulled leaving the organisers having to find a new venue just days before delegates were due to arrive.


TICAP chair John Gray said there were scurrilous allegations that the conference was supported or funded by Big Tobacco companies when in fact it was supported by the British political party the United Kingdom Independence Party (UKIP).


“A meeting was held behind closed doors in the EU and a decision made, without debate, that the conference would go against the dignity of Parliament,” he said. “It was cancelled but no-one told the organisers who were left to find out for themselves.”


Furious patron Godfrey Bloom (UKIP Member of the European Parliament) said the party would be registering a complaint. Ironically, Mr Bloom invited delegates to smoke in his EU office during a later tour of the EU building. It appears that smoking is permitted in the heart of European democracy, but talking about it is not.


The conference featured expert speakers who put the anti-smoking health propaganda in its true risk context.


Dr Gio Gori, former director of the US National Cancer Institute Smoking and Health program, explained how the “evidence” on passive smoking had been manipulated to implement smoking prohibition.


Dr Jan Snell, from the University of Amsterdam, told of how smoking bans can damage mental health and lead to isolation, depression and suicide. Economist Barrie Craven from the University of Newcastle upon Tyne said the ban was killing the British cultural way of life along with six pubs a day.
“It particularly discriminates against the working classes because their traditional meeting places, such as working men’s clubs and bingo halls, are closing at a faster rate than other hospitality establishments, “ he said.


The conference discussed the latest trend in social engineering, the dangers of giving control of your body to Government “for your own good”, and how smokers have been excluded and targeted as figures of hate over the last 30years.


Author Christopher Snowdon revealed that anti-smoking charities, such as the WHO, ASH, the BHF, and Cancer Research UK, are heavily funded by Pharmaceutical companies and Government which are competing with Big Tobacco for nicotine market control.


The conference also highlighted how fat people and alcohol drinkers could become the next targets of social exclusion if the puritanical march towards lifestyle prohibition based on ‘good health’ is not halted.


More conferences are planned following the resounding success of the first, which has sent a clear and strong message to those in power that the people they represent have had enough and want to live their lives as they see fit.

ET S'IL N'Y AVAIT PAS QUE LA NICOTINE ?

Le lien suivant mène à un vidéo d’un segment de nouvelles de la France où on vient de découvrir ce que le Pr. Molimard soutient depuis longtemps : Ce n’est pas la nicotine qui crée l’accoutumance de fumer mais probablement un mélange de plusieurs ingrédients dans le tabac.
Est-ce surprenant que les produits nicotiniques pharmaceutiques n’apportent pas de résultats à ceux qui désirent arrêter ?

Nous apprenons par ce vidéo que les ventes des substituts nicotiniques ont chuté de 40% dans la dernière année en France. Nous ne pouvons que nous réjouir que les fumeurs (du moins les français) gaspillent moins leur argent sur des produits inefficaces. Pour arrêter de fumer rien de mieux que la bonne vieille volonté. Aucun médicament, loi ou contrainte arrivera à faire arrêter quelqu’un qui ne le désire pas mais qui le fait pour s’acheter bonne conscience ou pour se plier aux pressions de la société. Ce n’est que du gaspillage des ressources humaines et financières !

Tabagisme : et s'il n'y avait pas que la nicotine ?

Friday, 6 February 2009

HOW MUCH IS THE JOB WORTH TO HER?

C.A.G.E. has asked the Canadian Human Rights Commission about 3 years ago if job discrimination due to tobacco addiction was grounds for filing a complaint and their answer was that tobacco dependence was definitely not covered. We then turned around and queried Health Canada about their allegations that tobacco was more addictive than heroin and cocaine and why the Human Rights Commission doesn’t recognize it as such. Up to this day we still have not gotten a reply, not that we were really expecting a coherent one.

The truth is that authorities simply talk through both sides of their mouths. If they truly believe that smokers are desperate addicts as they claim, then they should be granting them the same protection as any other addict or alcoholic when it comes to human rights. Yet they don’t. The answer is simply because tobacco cannot be compared to any other substance. Millions of people throughout the world have successfully quit, using their will power alone. The problem with those who fail resides in whether they attempt to quit because they are truly wanting it or because of social pressure. Contrary to the propaganda, many current smokers simply do not wish to quit as they find many benefits in tobacco and its active substance nicotine, or because they simply enjoy using a product that, may we emphasize, is legally sold.

One lady in B.C. is testing the system as the Montreal Gazette reports. She’s filing a human rights complaint because she feels she was discriminated against obtaining a job based on her smoking status. Albeit it will be interesting to see the developments of this case, it would be setting a very dangerous precedent for smokers throughout Canada if the lady wins. Citizens who smoke would be further stigmatized as addicts incapable of taking their own decisions for their well-being and that of their families and children. Custody cases would be jeopardized because of one of the parents’ smoking status, medication would be fully covered by an already overburdened healthcare system and compulsory treatment will undoubtedly follow somewhere in the future. All in all people who smoke would be even further marginalized making the pharmaceutical industry and their front groups richer in the process. Is obtaining a job working for an anti-smoker employer really worth the precedent this case would be setting for the rest of the smoking citizens? Wouldn’t it be more worthwhile to fight for the right to truthful information and the end of a corrupt system instead of begging for pity?

B.C. woman claims smoking ‘disability’ cost her job

LES EFFETS PERVERS D'UNE AUTRE POLITIQUE CONTRAIGNANTE


Nous l’avions prédit, nous les avions prévenus, mais nos bureaucrates et élus semblent être totalement coupés de la réalité. C’est à se demander quelle planète qu’ils habitent et s’ils ont la moindre petite idée de ce qu’est la nature humaine et l’adolescence.


Leurs politiques pour enrayer l’obésité, selon leur propre définition du mot, ont déjà des effets pervers. Mécontents de la nourriture qu’on sert dans les cafétérias des écoles, les jeunes sortent à l’extérieur en plus grand nombre pour diner. Ceci les expose à de la malbouffe encore pire que celle qui aurait pu être servie avec discernement à l’école. Par exemple, pourquoi ne pas servir des pommes de terre frites ou de la mini pizza une fois par semaine afin d’introduire en douceur des habitudes d’alimentation plus saines au lieu de les leur imposer de force 5 jours sur 5 ? Pourquoi avoir fait tant de tapage autour de cette nouvelle politique au lieu de l'avoir introduite graduellement lorsqu’on sait qu’à l’adolescence il s’agit qu’on dise que les adultes approuvent de quelque chose pour que les ados la rejette ? Mais c’est pour se donner bonne conscience et faire du capital politique bien entendu !

Si cela n’existe déjà dans nos écoles québécoises comme ça existe dans d’autres provinces qui ont instauré des politiques semblables, pour quand la contrebande des chocolats et des chips et le taxage à l’intérieur des écoles ? Aberrant !

Encore plus de fast-food

GPS - LES DANGERS QUI NOUS GUETTENT


L’auteure d’un article du Devoir du 24 janvier, nous met en garde contre les dangers qui guettent notre vie privée avec la popularité des GPS.

En effet, à force de toujours vouloir profiter des derniers gadgets technologiques, on perd de plus en plus notre intimité. Déjà que nous sommes devenus les esclaves du téléphone cellulaire sans lequel plusieurs ne peuvent fonctionner, voici que le GPS gagne constamment du terrain.

Cette tendance présente également d'autres dangers que ceux mentionnés dans l'article. À force de toujours dépendre de toutes sortes de bébelles pour faire son travail, l’individu cesse de réfléchir et de raisonner par lui-même. Nous n’avons qu’à observer comment que la calculatrice est rendue indispensable au point que plusieurs personnes, surtout issues des générations plus jeunes, ne savent plus calculer sans leur machine, pour constater le niveau de dépendance qu’on développe envers la technologie à la longue. Ceci n’est guère reluisant pour le sens critique et le raisonnement logique et ça mène vers une certaine paresse mentale qui rend l’individu vulnérable à tout contrôle par des gouvernements mal intentionnés.

Suivre le progrès pour se simplifier la vie, oui, mais pas au détriment de notre liberté, et après tout est-ce que nous nous la simplifions vraiment à chaque fois qu’on tente de régler, réparer et comprendre les fonctions de chacun de ces gadgets qui sont mis à notre disposition ?

La liberté mise en jeu

Tuesday, 3 February 2009

''THE RIGHT THING TO DO'' NSRA STYLE

On our post of September 22, 2008 NSRA ATTEMPTS TO DISCREDIT C.A.G.E. , we reported that the NSRA (Non-Smokers’ Rights Association) listed C.A.G.E. as a front group for the tobacco industry.

After sending them a letter of demand to prove their allegations or retract them and apologize and since obviously they had no proof to back up their claims, they reclassified C.A.G.E. as an ‘’Organization that behaves like tobacco industry fronts’’ under the sub-category of ‘’Hospitality Associations’’ (how we ever became a hospitality association is a mystery, but that’s besides the point). They however did not feel that ‘’it was the right thing to do’’ to apologize albeit we insisted on such public apologies. The last letter we sent to them to this effect came back undelivered.

Since the NSRA for some obscure reason did not get our letter (or refused to accept its delivery), we are giving them another chance to publicly apologize for their allegations by posting apologies right in their website or if they so wish, right here in the comments of this blog. Don’t worry, we know better than to hold our breath waiting for such apologies.

For our readers’ benefit and perusal, we are posting the complete correspondence we exchanged with Mr. Garfield Mahood of the NSRA.
-----------------------------------------------------------------------

C A N A D A
PROVINCE OF QUEBEC
DISTRICT OF MONTREAL

MISE EN DEMEURE

WITHOUT PREJUDICE

NSRA Toronto:
720 Spadina Avenue, Suite 221
Toronto, Ontario M5S 2T9
Canada
Tel. (416) 928-2900
Fax. (416) 928-1860
e-mail: toronto@nsra-adnf.ca

Re: C.A.G.E. CANADA
False Accusations
March 2008 to Present

S I R S:

TAKE NOTICE THAT it was brought to our attention by Dr. Michael Siegel through his internet blog at http://tobaccoanalysis.blogspot.com/ that you categorize C.A.G.E. as a tobacco industry front group. You do not cite any evidence for this accusation. Other people and/or groups, however, do cite your statements as a source for similar accusations. This false and unsupported statement made by your organization is a direct attack on the integrity of the people who have been most active in directing C.A.G.E., such as Daniel Romano, David Romano, Iro Cyr, Lucy Brown, Joel Desmers. This defamation is also an affront to all of the well intentioned and dedicated individual members of C.A.G.E.

We ask you to either produce the proof to back up your accusations or immediately remove them from your website replacing them with a public apology. We ask that you respond by October 10th, 2008, after which we will have no choice but to proceed by any legal means necessary, without further notice to you..

At this time, we estimate that damages resulting from personal harassment and
defamation campaigns launched by people who depended upon exactly the sort of false information that you published on your website have caused the abovementioned individuals damages of in excess of $200,000, for which we are prepared to hold you jointly and severally liable.

C.A.G.E. CANADA, 3445 Drummond, Suite 307; Montreal, QC H3G 1X9
514-288-5016 info@cagecanada.ca; www.cagecanada.ca

Kindly communicate with us on or before October 10th, 2008 failing which we will have no alternative but to institute the legal proceedings deemed necessary in the circumstances.

AND DO GOVERN YOURSELF ACCORDINGLY.


MONTREAL, September 25th, 2008
DANIEL ROMANO, BCL, LL.B., MA
PRESIDENT
C.A.G.E. CANADA

---------------------------------------------------------------------------------

Non-Smokers' Rights Association
L'Association pour les droits des non-fumeurs

October 1, 2008

WITHOUT PREJUDICE

Mr. Daniel Romano
President
C.A.G.E. Canada
3445 Drummond, Suite 307
Montreal, Quebec
H3G 1X9

Dear Mr. Romano:

Re: Exposing recent tobacco industry front groups and alliances

I am in receipt of your letter of September 25, 2008 which complains of statements made in the
above report. Your letter certainly triggered my curiosity. How, for example, could any
organization claim that its reputation was damaged when its website contains a sufficient number of passages that are so outside the boundaries of legitimate science that they ensure that the organization has no reputation worth saving? What standard of evidence would be required to substantiate an allegation that the Flat Earth Society could not be damaged by an accidental micharacterization?

But let me set aside for the moment how such an organization might persuade a court that it was something other than a source of pseudo-science and the monetary value that might be associated with that. Let me turn to your allegation. The report that is the subject of your concern was prepared by two employees, one of who is on leave and the other who is no longer with our Association. I had not read the report in question. It may have been drawn to my attention but I had not read it either on paper or on our website.

I will speak to my staff, obtain a report and address your complaint. If you have a legitimate concern, the report will be fixed, not because of any legal threat but because doing so is the right thing to do.

Sincerely,


Garfield Mahood, OC
Executive Director


---------------------------------------------------------------------------


C.A.G.E. Canada
3445 Drummond, #307
Montreal, QC H3G 1X9
October 8, 2008

Without Prejudice


NSRA Toronto:
720 Spadina Avenue, Suite 221
Toronto, Ontario M5S 2T9
Canada
Tel. (416) 928-2900
Fax. (416) 928-1860
e-mail: toronto@nsra-adnf.ca

Re: C.A.G.E. CANADA
False Accusations
March 2008 to Present

Dear Mr. Mahood,

Thank you for your response of October 1st. We are very happy to hear that your
organization has a concern with “the right thing to do,” and look forward to either seeing your
evidence for the allegations you made against us or a retraction and apology.

Regarding the Flat Earth Society – we find your raising of this matter very apropos.
When the likes of Galileo and Copernicus challenged the prevailing orthodoxy, the entrenched
dogma, the officially sanctioned creed, and the “science” of a flat earth, they were vilified and
called all manner of things.

That the Flat Earth Society still clings to a “scientific” thesis that was proven false is
now amusing. It would be much less amusing if this society and its antiquated mandate
received substantial government funding and was taken seriously by the media, as is the case
with some organizations and advocacy groups in Canada.

Sincerely Yours,
Daniel Romano, BCL, LL.B., MA
President
C.A.G.E. CANADA

-------------------------------------------------------------------------------

C.A.G.E. Canada
3445 Drummond, #307
Montreal, QC H3G 1X9

October 16, 2008

Without Prejudice

NSRA Toronto:
720 Spadina Avenue, Suite 221
Toronto, Ontario M5S 2T9
Canada
Tel. (416) 928-2900
Fax. (416) 928-1860
e-mail: toronto@nsra-adnf.ca

ATTENTION: Garfield Mahood

Re: C.A.G.E. CANADA
False Accusations
March 2008 to Present

Dear Mr. Mahood,

We note that you have ceased publishing your unjustified and unfounded allegations
that C.A.G.E. is a tobacco front group. You now list C.A.G.E. as a group that acts in a manner
similar to a front group. We thank you for your effort to do “the right thing” in this matter.
Now how about that apology that you owe for the false representations with respect to
C.A.G.E.? Does not that also fall under the category of “the right thing to do”?

Sincerely,
Daniel Romano, BCL, LL.B., MA
President
C.A.G.E. CANADA

Monday, 2 February 2009

LE MOUVEMENT ANTI-TABAC - UNE LUTTE CITOYENNE ? VRAIMENT PAS !

M. Christopher Snowdon est historien gradué du Lancaster University au Royaume Uni et recherchiste.

Écrivain du livre Velvet Glove Iron Fist A History of Anti-Smoking, dont vous pouvez trouver des extraits dans son site ici pour ceux qui comprennent l’anglais, il fut conférencier à la conférence mondiale contre la prohibition de Bruxelles.

Pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec la langue de Shakespeare, le site http://unairneuf.org/ a publiée une traduction en français du discours de la conférence sur le thème de l’historique du mouvement anti-tabac et son évolution depuis ses débuts modestes jusqu’à aujourd’hui où il est devenu une vraie industrie dans le vrai sens du terme.


Nous le publions ici avec l’aimable permission du traducteur M. Luc Dussart.

Il est très riche en information et une rareté comme documentation en français.

Veuillez prendre note: "Licence Creative Commons 2.0" http://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/fr/



« Le mouvement anti-tabac » par Christopher Snowdon

Présenté à la première conférence TICAP, The International Coalition Against Prohibition Bruxelles, 27 Janvier 2009

Bonjour,


Je suis ici aujourd'hui pour vous parler du mouvement anti-tabac actuel. Plus précisément, je vais parler de sordides affaires d'argent et vous raconter comment des escouades de non-fumeurs se mobilisant pour une campagne plutôt inoffensive ont muté en une entreprise très puissante se consacrant à l'éradication du tabac.


Il n'y a quasiment pas de bénévoles dans le mouvement de lutte contre le tabagisme et pourtant il continue à présenter l'apparence d'une lutte citoyenne.


Il donne l'impression d'être dirigé par des bénévoles.


Il donne l'apparence d'être financé par la générosité du public.


Et cela fonctionne en sa faveur. Les gens sont naturellement plus enclin à soutenir un groupe bénévole ou un organisme caritatif que de soutenir des hommes politiques ou une industrie. Mais en réalité le financement provient et de l'État, et de « bienfaisance », et de l'industrie pharmaceutique.


Ces sources de financement sont si étroitement imbriquées qu'il est parfois difficile de voir où commence l'une et où se termine l'autre. L'industrie pharmaceutique finance les organismes de bienfaisance ; les organismes de bienfaisance sont souvent mis en place et financés par des subventions publiques ; et le gouvernement est influencé par les organismes dits de bienfaisance.


Rien de tout cela ne doit poser problème. Je n'ai pas de problème avec les organisations de bienfaisance rémunérant les personnes qui travaillent pour elles et chacun a le droit de gagner sa vie. Personne ne vous oblige à donner à un organisme de bienfaisance que vous n'aimez pas.


- Le problème survient quand vous n'avez pas de choix de donner parce que vous y êtes contraint par vos impôts.

- Le problème survient quand vous arrivez à la situation étrange d'organismes de bienfaisance subventionnés par l'argent public influençant le gouvernement pour quelque chose qu'il a déjà décidé de faire.


- Et le problème survient quand les fabricants de nicotine pharmaceutique inondent de millions de dollars des groupes dont l'objectif principal est d'éliminer du marché les fournisseurs traditionnels de la nicotine.


Il est peut-être un peu tard cet après-midi pour une leçon d'histoire mais je dois vous raconter les origines de la lutte contre le tabac. Des groupes anti-tabac sont apparus en réalité tout au long de l'histoire, en général conduits par de petites bandes de volontaires opérant avec des budgets réduits. Il y en avait une multitude à la fin du 19e et du début du 20ème siècle. Il s'agissait de groupes agitant des panneaux, émettant des pétitions et se réunissant dans une arrière salle de presbytère. Ils ont complètement disparu après la Seconde Guerre mondiale et ont commencé à réapparaître au début des années 70.


Le plus important d'entre eux se nommait GASP - Group Against Smoking Pollution (Ligue contre la pollution du tabagisme) - et était tout à fait représentatif des anciens agitateurs de panneaux. GASP a été fondé par Clara Gouin, une femme au foyer écologiste du Maryland. Elle a créé l'association avec quelques amis de son église locale pour une cotisation de 1 $ par an. GASP a commencé par demander l'interdiction locale du tabagisme en public et pour cela a distribué des badges, placardé des affiches, envoyé des courriers aux hommes politiques et publié des brochures.

De nouvelles sections de GASP sont nées dans les années 70 dans le même esprit, d'abord sur la côte Ouest, ensuite sur la côte Est puis dans toute l'Amérique et le Canada. GASP vociférait bien mais restait encore une petite organisation. Ainsi à la fin des années 1980, un ancien membre du GASP avertissait toute personne envisageant de former un nouveau groupe anti-tabac : « Ne vous attendez pas à des foules de vos réunions. Peut-être cinq à dix personnes tout au plus. »


Mais deux événements sont survenus à la fin du 20e siècle qui ont transformé la croissance et le destin du mouvement anti-tabac en gestation. Tout d'abord, il a commencé à recevoir de très grandes quantités d'argent de l'État. Ensuite il a reçu de l'argent des firmes pharmaceutiques. Ce qui était un petit mouvement de terrain pour les droits des non-fumeurs est devenu ainsi une vaste entreprise de lutte contre le tabac.


Comme cela est souvent le cas, le changement a commencé en Californie. En 1988, une campagne menée par Americans for Nonsmokers Rights et le GASP a abouti à l'adoption de la Proposition 99. Les taxes sur les cigarettes furent augmentées mais le véritable fait d'armes fut d'obtenir l'engagement de l'État de Californie de consacrer 20% des taxes perçues à des projets de lutte contre le tabagisme.


Prop 99 a créé un puits de richesse presque sans fond - environ 500 millions de dollars par an - pour les organisations anti-tabac de Californie et les serviables activistes bénévoles furent bien placés pour occuper des emplois à temps plein dans la lutte antitabac ou bien recevoir des émoluments lucratifs pour la recherche sur le tabagisme.


Le même phénomène a été reproduit à une échelle beaucoup plus grande dix ans plus tard lorsque l'industrie américaine du tabac a conclu un compromis avec le gouvernement américain à hauteur de 246 milliards de dollars. Cette manne a complètement retourné la capacité financière du mouvement anti-tabac. De nouvelles organisations anti-tabac ont été créées dans tout les États-Unis, des millions de dollars furent alloués à des chercheurs pour étudier tous les aspects de la lutte contre le tabagisme et les activistes anti-tabac se sont retrouvés avec plus d'argent qu'ils ne savaient en dépenser.


Et l'histoire ne s'arrête pas là. Le miracle survint quand lorsque les fabricants de nicotine pharmaceutique ont commencé à s'impliquer. Le patch de nicotine a été développé au début des années 1980, fabriqué par Pfizer et initialement commercialisé sous la marque Nicotrol par Johnson & Johnson. Le fondateur de Johnson & Johnson était le général Robert Wood Johnson. Il est décédé en 1968 laissant un héritage de 1,2 milliard de dollars destiné à de bonnes œuvres sous l'égide de la Fondation Robert Wood Johnson. À ce jour, la fondation reçoit la majeure partie de ses revenus de Johnson & Johnson. Elle possède actuellement près de 40 millions d'actions dans J & J pour une valorisation de plus de 3 milliards de dollars. Ce qui est bon pour Johnson & Johnson est bon pour la fondation Johnson et vice-versa.
Et quoi de mieux pour un vendeur de nicotine pharmaceutique que les interdictions de fumer, la diabolisation de l'industrie du tabac ou l'augmentation du prix des cigarettes ? C'est en 1991 que la vente de timbres de nicotine sur prescription fut autorisée et la même année la fondation Johnson a commencé à financer des projets anti-tabac. Depuis, elle a alloué $ 450 millions à des projets de lutte contre le tabagisme, y compris 84 millions de dollars pour le seul Centre for Tobacco-Free Kids, 10 millions de dollars à une campagne visant à augmenter le prix des cigarettes, et $ 99 millions à la Smokeless States initiative.


Les seuls fournisseurs alternatifs de "médicaments de substitution de la nicotine" sont Pfizer et GlaxoSmithKline. Alors que les activités de la Robert Wood Johnson Foundation sont essentiellement concentrées aux USA, Glaxo et Pfizer sont plus intéressés à faire de la lutte contre le tabac un business vraiment mondial. À la fin des années 1990, Glaxo comme Pfizer sont devenus des membres à part entière de l'Initiative sans tabac de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les deux multinationales ont contribué au financement de la conférence Pour une Europe sans Fumée et ils ont en partie financé l'Institute for Global Tobacco Control. Au Royaume-Uni, elles financent la Roy Castle Foundation.


Lors de la 11e Conférence mondiale sur le tabac qui s'est tenue à Chicago en 2000, la fondation Johnson à versé 4 millions de dollars pour être l'un des hôtes partenaires et Glaxo a été un sponsor de la manifestation. La Fondation Pfizer a récemment fait don de 33 millions de dollars à un panel d'organisations anti-tabac, dont la nouvelle ASH International. Etc.


Pas besoin d'être grand clerc pour imaginer les motifs d'une telle générosité extraordinaire. Dès 1999, Nicorette et Nicoderm totalisaient un chiffre d'affaire de 570 millions de dollars par an. En 2007, Champix atteignait à lui seul 883 millions de $. Bien qu'énormes, ces sommes sont de la roupie de sansonnet si le reste du monde adoptait les politiques anti-tabac que l'on connait en Amérique et en Europe.

En étant cynique, vous pourriez penser que les intérêts des activistes de lutte contre le tabac et des firmes pharmaceutiques ne seraient pas optimisés par la prohibition. Les anti-tabac seraient bien vite réduits au chômage et passées quelques années, il n'y aurait plus besoin de timbres de nicotine ou de gommes censées aider au sevrage tabagique.


Et en étant très cynique, on pourrait dire qu'un scénario idéal pour les deux groupes intéressés serait celui dans lequel la nicotine a été extraite des cigarettes en laissant à l'industrie pharmaceutique le monopole de la vente légale de nicotine. Les gens seraient libres de fumer mais ils devraient acheter des produits labélisés pharmaceutiques pour se procurer de la nicotine. Curieusement, c'est exactement ce scénario qui est promu par les anti-tabac.


En 2005, le journal phare de la lutte contre le tabagisme Tobacco Control a publié un article intitulé "Vers une politique à long terme pour la nicotine" [1]. Cela est un des rares exemples de formulation de l'objectif final du mouvement. À court terme, selon les auteurs « Le besoin immédiat est d'inclure toutes les formes de nicotine dans un système réglementé. » ("The immediate need is to capture all nicotine into a regulatory system"). Cela permettrait au gouvernement de réduire les niveaux de nicotine dans les cigarettes, jusqu'à zéro, et c'est exactement ce que le Centre for Tobacco-Free Kids demande actuellement au gouvernement américain.


Les auteurs ajoutent ensuite que la nicotine pharmaceutique devrait être disponible à "prix réduit" et "dans plus de points de vente, y compris des distributeurs automatiques." Ensuite "la disponibilité de tabac doit devenir de moins en moins facile" jusqu'à ce que la nicotine pharmaceutique remplace le tabac comme "la source dominante de la drogue" ("the dominant source of the drug").


Et les auteurs poursuivent : « La disponibilité facile de nicotine purifiée permettrait aussi aux fumeurs dépendants n'obtienant pas leur dose de nicotine des cigarettes dénicotinisées de compléter leur prise. » Une telle politique rendrait les géants pharmaceutiques seuls pourvoyeurs de nicotine. Les fumeurs pourraient toujours acheter des cigarettes et nuire à leur santé en fumant, continuer à financer l'industrie de la prévention du tabagisme par le biais de taxes sur les cigarettes tout en remplissant les poches de l'industrie pharmaceutique.

En passant, je voudrais vous dire quel est l'objectif à long terme. Vous ne serez pas surpris. Il est, bien sûr: "l'élimination virtuelle de l'usage du tabac comme il est actuellement consommé." C'est ce que la coalition de la lutte contre le tabagisme et de l'industrie pharmaceutique espèrent être en mesure d'accomplir ensemble et ils ont certainement les moyens économiques de se battre pour çà.


Alors, où mènent ces amoncellements de moyens pour les groupes anti-tabac de base ? La réponse est : nulle part. Le mouvement anti-tabac s'affirme toujours comme David contre Goliath, mais si cela a pu être une image dans le passé, ce n'est certainement plus valable aujourd'hui.


Dans les années 1980, l'industrie du tabac aurait créé des groupes de pression pour combattre les propositions des anti-tabac. La création d'associations écrans d'activistes appelée "astro-turfing" [2] est maintenant devenue une pratique standard du mouvement anti-tabac. Par exemple, quand un projet de loi visant à interdire le tabac dans les lieux publics a été soumise au vote au Texas, l'American Cancer Society a fabriqué non pas une mais deux soi-disant "associations" se prétendant "la voix des citoyens". En Grande-Bretagne, des groupes de lutte contre le tabagisme comme D-MYST et SmokeFree Action sont entièrement financés par le ministère de la Santé. La branche anglaise de ASH (Action for Smoking or Health) a été créée par le gouvernement et tire actuellement moins de 3% de son financement par des dons de particuliers. Elle n'a pas de bénévoles. ASH au pays de Galles et en Écosse n'en ont pas non plus, tous deux étant très largement financé sur fonds publics avec des aides supplémentaires provenant de la Fondation Pfizer. Les anciens activistes des années 70 ne sont certainement plus désargentés.


Le GASP britannique n'est même plus un organisme de bienfaisance. Cela fait belle lurette qu'il est devenu une société à responsabilité limitée, et fait maintenant son beurre en vendant ses signalétiques "Interdit de fumer" et d'autres accessoires anti-tabac. James Repace a depuis longtemps quitté l'EPA et maintenant se débrouille très bien en tant que consultant indépendant "spécialiste du tabagisme passif". Lui et Stanton Glantz ont été personnellement gratifiés de 300.000 $ en tant que lauréats de la Fondation Robert Wood Johnson's Innovators Awards. Simon Chapman, qui a été un membre éminent du groupe d'activistes BUGA-UP des années 70, est devenu l'éditeur de la revue Tobacco Control. John Banzhaf continue toucher un salaire de 200.000 $ en tant que directeur de l'ASH tout en poursuivant les restaurants pour engraissement de leurs clientèle.


Tandis que le mouvement anti-tabac croule sous l'argent, la plupart des groupes qui s'opposent à eux - dont beaucoup de groupes ici aujourd'hui - ne reçoivent pas un sou de l'industrie du tabac et n'en ont jamais touché. La vérité toute nue est que les seuls bénévoles engagés sur le terrain du tabagisme aujourd'hui sont ceux qui défendent les droits des fumeurs. Oui, c'est un combat de David contre Goliath, mais ce ne sont pas les anti-tabac qui tiennent la fronde et les pierres.


Pour conclure je dois dire que je ne parle pas du financement de la lutte anti-tabac parce que je prétendrais qu'une cause est plus noble quand elle est seulement animée par des bénévoles non rémunérés, ou parce que je croirais que les firmes ne devraient pas être autorisées à financer des études ou magouiller en politique. Je dis tout cela seulement pour souligner le fait qu'il existe une malhonnêteté fondamentale sur la manière dont la lutte contre le tabagisme opère en 2009.


Vous pouvez constater avec quelque ironie que les partisans de la guerre contre les fumeurs utilisent les mêmes tactiques utilisées avec efficacité par leurs anciens ennemis de l'industrie tabagière dans le passé. Aujourd'hui, ce sont les anti-tabac qui utilisent des groupes de pression. Ce sont eux qui tordent les statistiques et pervertissent la science à leurs propres fins. Et ce sont eux, et non pas les gens dans cette salle, qui bénéficient de centaines de millions de dollars de la part de l'une des industries les plus puissantes au monde.

Le financement est important, car il n'y a pas que le lobbying : il permet les études :

- Les études qui montrent que l'interdiction de fumer ne fait pas du tort aux entreprises ;


- Les études qui montrent que l'interdiction de fumer réduit le risque de crise cardiaque ;


- Les études qui montrent que le tabagisme résiduel [3] est mortel.


Cette recherche a sans doute plus d'effet sur le processus politique que le lobbying en fait.


Dans un monde idéal, toutes les recherches scientifiques seraient totalement impartiales, financées par des organisations qui n'ont d'autre intérêt que la recherche de la vérité. Bien sûr, nous savons que ce n'est jamais le cas. Nous acceptons le fait que si une société, un gouvernement ou un groupe de pression finance une recherche, c'est parce qu'il y trouvera un avantage financier ou une raison idéologique de le faire. Je ne suggère pas que les fabricants de dérivés à la nicotine soient empêchés de financer des recherches. Je ne suis pas en faveur l'interdire à l'industrie du tabac pour cette même raison. Je ne suis pas favorable à interdire à une industrie ou à un gouvernement de financer quoi que ce soit, tant que c'est fait de manière transparente ("in an open manner"). Et c'est ce manque de transparence qui me soucie, tant dans la manière dont la science est utilisée que dans la façon dont la campagne en faveur de la législation anti-tabac est menée.


L'utilisation de groupes de pression, l'absence de comptes sociaux clairs, l'exploitation biaisée endémique de statistiques, etc. : ces pratiques malhonnêtes sont désormais solidement ancrées dans le mouvement anti-tabac et je voudrais faire juste deux petites suggestions pour y injecter un peu d'honnêteté :


Tout d'abord, les revues médicales et les médias doivent prendre en compte le fait que la Fondation Robert Wood Johnson possède des dizaines de millions d'actions de l'un des plus grands industriels de nicotine pharmaceutique et que cela constitue un conflit d'intérêt majeur avec le financement de groupes dont les activités sont susceptibles de conduire à une utilisation accrue de ces produits. De même, le financement de projets anti-tabac par Pfizer et Glaxo devrait être traité avec le même scepticisme que ces revues et médias considèrent un financement de Philip Morris ou de British American Tobacco. Je dis cela non pas en vue d'interdire l'implication de ces firmes mais afin rendre les démarches politique et scientifique plus transparentes.


Ma seconde suggestion est que les gouvernements cessent tout simplement de financer les organismes de bienfaisance. Les œuvres de bienfaisance véritables n'ont pas besoin de soutien financier de l'État. En finançant de faux organismes de bienfaisance dans le but de faciliter un changement, les adminstrations dégradent la notion même d'œuvre de bienfaisance. Toute œuvre de bienfaisance qui accepte le financement de l'État s'en rend dépendant et tout organisme de bienfaisance institué par l'État n'est rien d'autre qu'un bras armé du gouvernement. La pierre angulaire d'une œuvre caritative est d'être basée sur le volontariat. Elle ne devrait solliciter aucune aide publique. Si l'État cessait de financer ces organismes de lutte contre le tabagisme, les gens resteraient toujours libres de faire des dons et si, comme les partisans de la lutte anti-tabac le proclament avec insistance, ils sont populaires, ils auraient sûrement les moyens de réaliser leurs projets et de se développer. L'État, quant à lui, resterait libre de conduire des campagnes nationales de lutte contre le tabagisme, avec ses propres services et budgets. Cela ne changerait pas forcément grand chose, ce serait - répétons-le - une source de transparence et d'honnêteté.
Car la menace est bien réelle, et les évènements de vendredi dernier nous ont donné un excellent exemple de ce qui se passe lorsque le pouvoir est concentré dans les mains de si peu de personnes [4]. Smokefree Partnership, qui a exercé des pressions pour interdire cette conférence, est aussi éloigné d'une œuvre de bienfaisance que possible et les gouvernements ne peuvent devenir plus grand que toute l'UE. Vendredi dernier, le gouvernement et les soi-disant associations caritatives ont uni leurs forces. Que l'UE soit le repaire de la corruption financière est de notoriété publique. Son comportement la semaine dernière nous a rappelé qu'elle est aussi corrompue moralement :


- Elle est fondamentalement antidémocratique ;


- elle s'oppose instinctivement à la liberté d'expression ;


- elle est effrayée par la seule idée d'un débat ouvert.


J'ai essayé aujourd'hui d'illustrer le fonctionnement du mouvement anti-tabac, qui est dirigé par des bureaucrates grassement payés, par des responsables politiques, par des lobbyistes et enfin par des idéologues de l'extrémisme. Non seulement ils ont perdu le contact avec la réalité mais en outre ils se croient intouchables. Ils se permettent d'agir comme ils l'entendent sans rendre de compte à personne d'autre qu'eux-mêmes.


Si vous aviez quelque doute à ce sujet, le fait d'être assis dans cette salle et non dans les locaux du Parlement Européen comme prévu devrait vous ouvrir définitivement les yeux.


Christopher Snowdon Velvet Glove Iron Fist - A History of Anti-Smoking

Notes du traducteur


1 Gray et al. Tobacco Control 2005;14:161-165 ; Toward a comprehensive long term nicotine policy

2 Maquillage de mouvement spontané de la base ; jeu de mots avec 'grass-roots', Astro-turf étant de l'herbe synthétique

3 Tabagisme résiduel, voir : Dépôt de patascience résiduelle dans la lutte anti-tabac

4 Des groupes de pression, dont le CNCT français, ont réussi à interdire l'accès aux locaux du Parlement Européen quelques jours avant la tenue de la conférence internationale ; elle fut déplacée dans un hôtel voisin grâce à la main tendue du parti UKIP du Royaume Uni. Détails du scandale ici.




Sunday, 1 February 2009

MORE ON THE RAW MILK CONTROVERSY


Please refer to our previous articles about Mr. Schmidt's fight with Ontario health officials on his right to sell raw milk to a group of people that prefer it to pasteurized milk.

CTV reports a conference on the merits of raw milk which Health Canada officials deny. They claim that any possible benefits are far outweighed by the serious risk for illness.

Here's a novel notion for Health Canada and its bureaucrats: How about letting each adult consumer decide for themselves what risks they are willing to take for what they ingest? Who is best suited to decide which benefits outweigh which risks but the informed consumer himself? It's not as if Mr. Schmidt force feeds his customers with the milk. Unless these raw milk proponents have been totally shut off from all sources of information about raw milk's health risks for the last few decades, they are adults and in a free society they should be entitled to make their own decisions about their own body and health.

Conference touts raw milk's health benefits