There was an error in this gadget

Friday, 29 February 2008

MANDATORY MONITORING OF CHILDREN'S BODY MASS INDEX

On October 17, 2007 we commented on a Denver Public School District policy that weighed children and issued health report cards to their parents. We were appalled by this practice then, we are even more appalled now that it has become a state legislation in the state of Georgia.

Excess weight or even obesity does not automatically equate
to bad health or sickness. Many children are plump or fat in their childhood but lose this excess weight in adolescence or adulthood without any further complications or illnesses. The duty of all adults, whether school authorities, neighbors, relatives or friends, is to report to the child welfare authorities any sign of neglect or abuse suspected in a child. When there are no noticeable health problems or signs of neglect, routinely passing judgment on the child’s weight is totally unwarranted, especially when it cannot be predicted what damage this evaluation can cause to the child’s mental and psychological state of mind at the vulnerable age when self esteem and acceptance by their peers is of utmost importance.

Senate mandates weighing Georgia kids twice a year
New law would requires schools to track weight and BMI

Georgia's elementary school children will be weighed and measured twice a year by school officials under a bill that passed the Senate Friday.

The legislation requires schools to track kids' body mass index, a combination of height and weight used to determine whether the child is healthy. The bill, sponsored by Sen. Joseph Carter (R-Tifton) requires that schools post the aggregate BMI information on their Web sites and follow state regulations on offering physical education classes.

Carter said the bill would work much like test scores, with schools reporting their data so parents could check out how they measure up to other area schools. Children would be weighed in a confidential office setting and their personal data would not become public, he said.

"Sally, step into the office, step up on the scale, that's about as invasive as it gets," he said. More than one in three kids in Georgia is overweight, he said. "The presence of childhood obesity is staggering."

Arkansas was the first state to implement such a rule, in 2003. The bill, which mirrors legislation in several other states, passed 37 to 13 after a heated debate.

Sen. Preston Smith (R-Rome) said "the long arm of the government" should stop reaching into peoples' private lives.

He said worries that schools' will pressure children to lose weight and stigmatize them, mimicking what he worried school officials would say: "Come on, pick it up fat kid, we're not going to get money if you don't!""

As he left the podium, refusing to engage in a debate, Sen. Renee Unterman (R-Buford) who supports the bill, shouted "chicken!" at him.

It's not the first time lawmakers have tried to take up childhood obesity. Carter introduced a bill in 2006 that would have required more PE for Georgia elementary and middle schoolers, but the measure failed.

Thursday, 28 February 2008

DAVID VS. GOLIATH

The pharmaceutical giants are under attack. Never have we seen such a persistent global offensive against this industry, as we have in the last few weeks. It gives us hope that public awareness is growing and that Big Pharma will finally be held accountable for a number of their immoral and unethical tactics motivated strictly by financial interests.

All private companies are motivated by profits and we citizens have developed natural defenses and critical skills to appraise most products that are offered to us. However, because we naively believe that public health would never allow corporate interests to play with our health, we have a tendency not to question the medical and scientific community and that’s where we are fooled.

When the health and economies of societies are directly affected by unscrupulous tactics, that’s when governments have to step in to protect the public from such wrong-doing. Unfortunately the lobbying powers of the legal drug pushers, coupled with a number of corrupted politicians throughout the world, leave us citizens looking like David vs. Goliath. Our elected officials should be held unmercifully accountable for any free passes they are granting Big Pharma. Our physical, psychological and economic health, depend on it.

Following is the latest offensive against Big Pharma:

Drug giants warned: Tell the truth on medicines

After antidepressant treatments are discredited, fears grow that other products may be ineffective

By Jeremy Laurance, Health Editor
Wednesday, 27 February 2008

The pharmaceutical industry came under assault from senior figures in medical research yesterday over its practice of withholding information to protect profits, exposing patients to drugs which could be useless or harmful.

Experts criticised the stranglehold exerted by multinational companies over clinical trials, which has led to biased results, under-reporting of negative findings and selective publication driven by the market, which was worth £10.1bn in the UK in 2006, amounting to 11 per cent of total NHS costs.

The latest attack was triggered yesterday by an analysis of published and unpublished trials of modern antidepressants, including Prozac and Seroxat, showing they offer no clinically significant improvement over placebos (dummy pills) in most patients. But doctors said patients on the drugs should not stop taking them without consulting their GPs.

It was the first time researchers – from the UK, Canada and the US – had successfully used freedom of information legislation to obtain all the data presented to regulators when the companies applied to license their drugs. In some cases it had not been made public for 20 years.

Over the past two decades the drugs, known as selective serotonin re-uptake inhibitors (SSRIs), have been among the biggest selling of all time, earning billions of pounds for their makers. Yesterday's finding suggests that the money may have been misspent. Drug companies are required by law to provide all data on a drug, published and unpublished, to the regulatory authorities when applying for a licence. But this requirement does not apply to the National Institute for Health and Clinical Excellence (Nice), which assesses cost effectiveness and recommends which drugs should be used by the NHS.

Peter Littlejohns, the clinical and public health director of Nice, said: "The regulatory authorities have access to everything. Obviously we have access to the published data and we do ask the industry for unpublished data, but it is up to the companies whether to deliver it or not. We have no power to demand it. The issue is that it relies on the good will of the industry."

Professor Mike Clarke, the director of the UK Cochrane Centre, an international collaboration between researchers in 100 countries which has published more than 3,000 systematic reviews of published trials to establish best medical practice, said lack of co-operation from the drug industry was damaging medical care.

"When we ask for details of a trial the company might tell us nothing. We have even less power than Nice. Researchers trying to make sense of trials for decision-makers need to have access to this data. If we have only got access to half of the data, when we see evidence that a drug works we don't know whether to believe it or not.

"It makes us doubtful – that's the big worry. The companies are in the business of making profits – but they are also in the business of providing safe, effective health care."

Legislation to compel the drug industry to publish its results was included in Labour's manifesto at the 2005 election and last month the Commons Health Select Committee demanded that Nice be given unfettered access to all clinical trial results.

Yesterday, the Government said it had been told that compelling the industry to publish trial data would not be allowed and it was instead pursuing a voluntary approach, developing a "searchable register" of all trials that have taken place in the UK and pressing the EU to make its own confidential register public.

A spokesman for the Department of Health said: "The Government has consistently supported open access to information about research when the findings could affect decisions about treatment or health outcomes. We planned to support the principle of mandatory registration of clinical trials in the UK, but legal advice stated this would be illegal under EU law." A World Health Organisation working group is examining how to improve reporting of clinical trials and is expected to announce a consultation shortly.

The pharmaceutical industry was unrepentant about its strategy yesterday. Richard Tiner, the head of medicines at the Association of the British Pharmaceutical Industries, said: "The regulatory authorities have access to all the data – absolutely everything. Nice is not a regulatory authority – it is making decisions on whether medicines should be available on the NHS... There is no reason why the companies would restrict access – it depends what they are asked for. The industry is very much more transparent than it was 10 years ago."

GlaxoSmithKline, maker of Seroxat, said yesterday it "fully endorsed public disclosure of all clinical trial results" and had published all data relating to Seroxat on its website "regardless of study outcome".

The antidepressant debate

Paul Bough, 41: 'You name it, I've tried it: none of them worked'
"The findings of this latest report don't surprise me in the slightest. In fact, they confirm what I already knew.

"I've been a depressive for most of my life, and all of my adult life. After the umpteenth failed suicide attempt seven years ago my doctor said I should try taking antidepressant drugs. You name it, I've tried it. Diazepam, Citalopram, Prozac, Seroxat, Atenolol [a beta-blocker], Efexor: none worked. They turned me into a zombie, totally incapable of motivation or movement and forced to vegetate on a sofa.

"I'd say to anyone on these drugs, you're better off going cold turkey. Talk to people, have therapy, be sociable: but don't rely on these little happy pills. Having tried the lot, I'm coming off – and staying off."

Sylvia Genge, 59: 'Without these drugs I would lose hope altogether'

"The findings go against several decades of experience. I have suffered three major traumas in my life – my father leaving home when I was 11, my husband having an affair, and now an unpleasant divorce – and I'm convinced these drugs helped me survive them. I've been close to suicide myself, but now, in my 60th year, I'm feeling positive and able to survive all the terrifying experiences each day throws at me. I take 20mg of Fluoxetine each day, and it makes me feel I can cope. I simply don't buy the idea that it's just a placebo – but then I suppose the point is even if it were I wouldn't care. These drugs are my crutch and my comfort; without them I would lose hope altogether. I'm staying on."

LORSQU'ON A LE POUVOIR DE CHANGER LES RÈGLES DU JEU EN COURS DE ROUTE

La réplique du gouvernement ne s’est fait pas attendre sur le jugement des garderies subventionnées.

À quoi sert notre système judiciaire et les décisions des tribunaux lorsqu’une des parties (dans ce cas-ci le gouvernement provincial) a des fonds inépuisables et le pouvoir de changer les lois à sa guise pour arriver à ses fins coûte que coûte ?


Garderies
La ministre réplique

Québec va en appel du jugement rendu mardi en faveur des garderies privées subventionnées qui facturent des heures supplémentaires et modifiera le règlement pour éviter la libre interprétation.

Michelle Courchesne réplique au jugement en en appelant de la décision rendue par la Cour supérieure.

En point de presse hier, la ministre de la Famille a également promis de modifier la réglementation de façon à ce que les heures de service offertes soient imposées aux CPE et correspondent aux besoins réels des parents.

Le président de l'Association des garderies privées se dit déçu de cette annonce.

«La ministre veut nous forcer à ouvrir onze heures par jour sans nous donner les subventions pour le faire», déplore Sylvain Lévesque.

Du côté de l'Association des CPE du Québec, la décision d'interjeter appel du jugement est accueillie avec soulagement.

«Le gouvernement demande aux garderies d'offrir dix heures de service aux parents, sans spécifier à quel moment de la journée ce service doit être offert. Dans les faits, les six garderies en cause en ont profité pour interpréter librement la loi et exiger des frais supplémentaires après 16 heures», dénonce Johanne Roy, présidente de l'Association québécoise des centres de la petite enfance.

«90 % des parents ont besoin d'une garderie entre 7 h et 18 h. Selon nous, offrir une autre plage horaire est un moyen de s'enrichir sur le dos d'un programme universel», argue la présidente de l'AQCPE.

Accommoder les parents

Directrice d'un centre de la petite enfance de la Rive-Sud, Nicole Saint-Cyr est du même avis.
«Je serais curieuse de voir combien de parents ont réellement besoin d'un service de garde entre 6 h et 16 h. Nous ouvrons nos portes 11 heures par jour sans charger de supplément aux parents. Trois d'entre eux ont la permission de faire déjeuner leur enfant à la garderie à 6 heures 45, on le fait pour les accommoder.»

Puisque les parents acceptent de payer des frais supplémentaires, cette pratique est donc légale, avait statué le juge de la Cour supérieure, Kevin Downs.

Cet argument a fait bondir

Johanne Roy de l'AQCPE. «Les parents n'ont pas le choix, ils sont pris en otage», réplique-t-elle.

Wednesday, 27 February 2008

UNE LEÇON ÉLÉMENTAIRE POUR LE GOUVERNEMENT

C’est vraiment malheureux que les citoyens n’ont que les tribunaux comme seul recours contre des lois absurdes et irréfléchies que le seul bon sens devrait normalement suffire à régler.

Combien que cela a coûté aux 6 garderies qui ne faisaient qu’accommoder les parents qui avaient besoin d’un service qui leur permettait de concilier vie professionnelle et vie familiale et que les garderies étaient prêtes à leurs offrir? Combien de nos taxes que cela a coûté au gouvernement pour se défendre ? Nos élus n’ont pas seulement besoin d’une leçon de droit, mais une leçon élémentaire des simples concepts tel que la loi de l’offre et de la demande, ne leur ferait pas de tort.

Le système à 7$ désavoué

La Cour supérieure vient de servir une gifle au gouvernement Charest, en rendant une décision qui désavoue le système de garderies à 7 $ par jour.

Le tribunal a en effet permis à six garderies privées mais subventionnées par l'État de facturer des heures de service supplémentaires aux parents, une mesure qu'avait sanctionnée le ministère de la Famille, en 2006, en suspendant les subventions de ces établissements.

Ces six garderies de l'ouest de Montréal s'étaient alors adressées à la Cour supérieure pour faire déclarer admissibles les frais supplémen- taires qu'elles facturaient aux parents.

Selon la réglementation provinciale en vigueur depuis 2006, les garderies subventionnées doivent fournir 10 heures de service par jour pour 7 $ et ne pas facturer un sous de plus aux parents. Suivant cette règle, ces six établissements étaient donc ouverts officiellement de 6 heures à 16 heures.

Pour les parents incapables de récupérer leur progéniture avant la fermeture, les garderies proposaient un forfait qui, moyennant 60 $ de plus par semaine, leur permettait d'aller chercher leur enfant à 18 heures.

Contrat signé

La plupart des parents ont acheté ce forfait et signé un contrat l'officialisant. Mais après l'entrée en vigueur et la médiatisation de la nouvelle réglementation de septembre 2006, 21 parents de ces six garderies ont porté plainte.

Devant le refus des établissements de cesser cette surtarification, le ministère de la Famille a suspendu leurs subventions.

Les garderies plaidaient qu'elles offraient des services de garde entre 6 heures et 16 heures comme le veut la réglementation, et que rien ne les empêchaient, une fois ces 10 heures passées, d'offrir un service supplémentaire avec l'accord des parents.

Leçon de droit

Lundi, le juge Kevin Downs a servi une leçon de droit en règle au gouvernement.
Selon lui, la réglementation de septembre 2006 contrevient à l'objectif même de la loi établissant les garderies à 7 $.

La loi dit viser à répondre aux besoins particuliers des parents en «facilitant la conciliation de leurs responsabilités parentales et professionnelles».

Or, en limitant les heures de service à 10 heures par jour, la réglementation a plutôt l'effet inverse, selon le juge Downs.

«Qu'il suffise de penser aux besoins des parents qui requièrent des services de garderie de plus de 10 heures. Le prestataire de services doit-il pour autant être contraint de refuser d'offrir un service excédentaire au-delà de ce qui est subventionné?» demande le magistrat.

Pour lui, tant que les parents sont d'accord, il est légal de leur demander une contribution additionnelle.

CONTREBANDE DE CIGARETTES, LE GOUVERNEMENT SE DÉCLARE IMPUISSANT

En 2002 la Coalition Québécoise pour le contrôle du tabac écrivait :

Il faut augmenter les taxes davantage, pas les diminuer.
L’augmentation des taxes est une des meilleures mesures de réduction du tabagisme, surtout auprès des jeunes. En plus, elle augmente simultanément les recettes gouvernementales et résulte dans des économies pour le système de santé à moyen et à long terme. Simplement pour
rejoindre la moyenne canadienne, le Québec doit encore augmenter les taxes de 10 $ la cartouche. Comme le dit la Banque Mondiale, « si la contrebande constitue indéniablement un problème sérieux, … ce n’est pas en réduisant les taxes ni en renonçant à les augmenter qu’il convient de réagir, mais en réprimant la criminalité »12.

En 2003, ils niaient une fois de plus que la contrebande était un problème:

UN NOUVEAU SCANDAL?

À chaque hausse des taxes ou à chaque possibilité de hausse des taxes, des cris d’alarmes émanent des compagnies de tabac et de leurs alliés concernant la résurgence de la contrebande, tout comme ils l’ont fait en décembre dernier suite à la hausse de 2,50 $ de la taxe provinciale. En effet, les gémissements de l’industrie concernant la contrebande, accompagnés des sermons
contre les hausses des taxes, existent à l’échelle de la planète et sont loin d’être un phénomène unique au Canada.

En 2007 ils ne peuvent plus continuer dans le déni et ils avouent qu’il y a un grave problème :

Il n’y a plus de doute que le phénomène de la contrebande est un énorme problème qui ne cesse d’augmenter. Depuis plusieurs années, les groupes de santé réclament des gouvernements une gamme de mesures pour combattre la contrebande, et ce à la source. Pendant que les gouvernements négligent l’implantation de ces mesures, le problème s’aggrave, les impacts sur la santé augmentent et les pertes de revenus gouvernementaux atteignent des niveaux colossaux.

Pourtant ça ne prenait ni la tête à Papineau ni des études dispendieuses (payées par nos taxes) pour comprendre, que lorsque le prix d’un produit devient prohibitif et lorsqu’ en plus on rajoute à ce phénomène, l’irrespect total que les gouvernements démontrent à l’égard des fumeurs, les citoyens n’ont aucun problème de conscience de consommer des produits non-taxés. Le problème de la contrebande est réel, présent et en plus touche nos jeunes, les premiers que ces ‘’bien-pensants’’ prétendent protéger.

Il est plus que temps que nos élus fassent face à la musique et cessent d’écouter les lobbyistes anti-tabac à la vision uni factorielle dictée par leurs propres intérêts financiers. Il y a une raison pour laquelle les anti-tabagistes militent sans répit pour une hausse de taxes : ils assurent ainsi leurs salaires et leur propre survie. Mais à force de trop en demander, on finit par tout perdre et c’est ce qui risque d’arriver si nos gouvernements ne suivent pas ce que le bon sens et la bonne mesure leurs dictent.


La contrebande de cigarettes devenue incontrôlable

Denis LessardLa PresseQuébecLes politiciens ont baissé les bras, il ne reste désormais que la police pour enrayer la prolifération de la contrebande du tabac. Entre 2002 et 2006, la consommation de cigarettes vendues sous le manteau a doublé au Québec et, depuis, ce fléau n’a fait qu’empirer.

À la fin de mars, l’escouade ACCES tabac, composée par la Sûreté du Québec, la GRC, la police de Montréal et les inspecteurs de Revenu Québec, déposera au ministère de la Sécurité publique ses résultats qui montrent une augmentation importante des saisies de cigarettes contrefaites, a appris La Presse. Ces « cigarettes à plumes » sont pour l’essentiel manufacturées dans les réserves mohawks mais sont désormais largement distribuées par un réseau de petits commerçants, de dépanneurs surtout, bien loin des réserves autochtones.

Un document obtenu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information montre que les pertes fiscales – l’argent des taxes non perçues par Québec – atteignaient 275 millions de dollars en 2006, une augmentation exponentielle par rapport aux 118 millions estimés en 2002. Alors 25 % des cigarettes consommées au Québec provenaient du marché de la contrebande. L’été dernier, l’industrie du tabac a produit un rapport plus alarmant encore qui estimait que le tiers des produits du tabac consommés au Québec échappait aux taxes.Par comparaison, un document du ministère des Finances de novembre dernier estime qu’au plus fort de la contrebande au début de 1993, 65 % des cigarettes consommées au Québec provenaient de la contrebande. Entre 1990 et 1994, Québec a perdu en taxe sur le tabac environ 1,3 milliard de dollars. C’est à ce moment que Québec et Ottawa avaient considérablement réduit les taxes spécifiques ; on passait de 13,76 $ à 2,76 $ de taxes provinciales sur une cartouche au Québec. Ottawa réduisait ses droits de 10 $ la cartouche au même moment.

L’escouade ACCES tabac a vu son budget triplé, passant à 9,4 millions en 2008. Le groupe a fait 6000 inspections au cours de la dernière année, et fait appliquer une loi qui a plus de dents depuis l’an dernier – les amendes ont augmenté de 50 % et la simple possession de tabac de contrebande est une infraction. En 2006-2007, cette escouade avait fait imposer 1,2 million de dollars en amendes et obtenu 207 condamnations. Du 1er avril 2007 au 1er octobre, on avait déjà 307 condamnations, pour 9,2 millions de dollars en amendes.

La baisse de consommation du tabac conjuguée à la contrebande amènera une nouvelle baisse des revenus pour Québec dans le prochain budget que compte déposer, avant Pâques, la ministre des Finances. Les fonctionnaires sont depuis quelques semaines déjà à pied d’œuvre pour être prêts pour le 18 mars, si les négociations avec l’ADQ et le PQ se déroulent sans anicroche imprévue.Depuis l’automne dernier, on a jonglé au Revenu et aux Finances avec une série de scénarios pour juguler l’augmentation de la contrebande, des pistes qui deviennent rapidement impraticables.

L’automne dernier, le ministre Jean-Marc Fournier avait fait obstacle aux questions acérées de l’ADQ à ce sujet. Il est d’autant plus embarrassé que la réserve mohawk d’Akwesasne, qui chevauche la frontière américaine et ontarienne, se trouve dans sa circonscription de Châteauguay. Avec son collègue responsable des Autochtones, Benoit Pelletier, il a envisagé l’idée de retourner une partie de la taxe de vente sur le tabac aux communautés autochtones pour les inciter à la prélever.

Toutefois, imposer une taxe sur les réserves est impossible pour le gouvernement, et même si les commerçants autochtones s’y pliaient, la réduction de l’écart entre le prix de la cartouche dans un dépanneur et le prix sur la réserve réduirait rapidement le chiffre d’affaires des Mohawks.Dans l’industrie du tabac, on ne fait que constater l’augmentation de la contrebande, en dépit de la baisse de consommation. « Les conteneurs de tabac arrivent des États-Unis à Akwesasne et ressortent en cigarettes sur le marché ontarien et québécois », observe Jean-Thomas Dorval, d’Impérial Tobacco. Si quelque chose a changé depuis un an, « c’est que désormais, les Maritimes sont aussi frappées par la contrebande », observe-t-il.

Dans les ministères chargés de trouver une solution, on a déclaré forfait. « On n’a que 10 doigts pour colmater 11 fuites », laisse-t-on tomber. Aux Finances, on avait pensé contrôler le papier ou les filtres destinés à la production de cigarettes, pour s’apercevoir rapidement que plusieurs pays en fabriquent et qu’il serait difficile d’en contrôler le commerce.

Puis, on a tenté avec succès de dissuader les producteurs québécois de tabac de poursuivre dans cette voie. Sur 57 producteurs actifs, surtout dans la région de Joliette, en 2004, il n’en restait que quatre à l’été 2007, indique l’état de situation préparé par les Finances, en novembre 2007. Si le tabac produit au Québec ne se retrouve plus sur le marché de contrebande, il en va tout autrement de la production ontarienne, frappée elle aussi par la baisse de la consommation. Elle est aussi transformée à Akwesasne, pour être vendue dans les commerces québécois.Québec a aussi voulu régir le transport du tabac sur les routes. Or, tout autant que l’Ontario et les États-Unis, les pays d’Afrique s’avèrent être des producteurs importants de tabac illicite. Au port de Montréal, le contenu de moins de 3 % des conteneurs est inspecté, rappelle-t-on.

Avec la collaboration de William Leclerc

Tuesday, 26 February 2008

IT STARTS WITH THE HAPPY MEAL

It seems that the same city council that introduced smoking bans in England, will not stop with kicking smokers out in the streets. Happy Meals at MacDonald’s is their new target hoping to set another trend for a state-wide ban. Doesn't it always start with the ''for the children'' excuse? And since this city council does not trust parents to make the right decisions for their children whether they treat them to a happy meal once a week or once a month, why stop with MacDonald’s? Why not totally forbid giving any food the state has declared unhealthy to children in a ''public'' place to eventually extend it to the car and the home? And since we have seen that epidemiology has now declared that obesity is contagious, why not forbid parents to eat or drink anything unhealthy in the presence of children?


How far down do you feel we are on that slippery slope we predicted only 3 years ago? What have you done to express your discontent with this global political healthist movement to your government this week? Anything? Please don't assume it won't happen in Canada. Please don't assume that your voice can't help to prevent such encroachment in your life. It can if you get involved and you take action. Visit, phone or write your MP and your MPP today! You will find their contact info here.



Liverpool set to ban McDonald's Happy Meals in a bid to cut childhood obesity



McDonald's Happy Meals are to be banned in Liverpool over claims they are contributing to the epidemic of childhood obesity.


The city council is planning to outlaw the meals on the grounds that they are damaging the heath of children - particularly as they offer free toys in order to encourage parents to buy junk food for their children.


The Liberal Democrat-controlled authority claims the credit for taking the lead in the campaign that led to the ban on smoking in public places.


Members of Liverpool City Council's Childhood Obesity Scrutiny Group want a bye-law that would forbid the sale of fast foot accompanied by toys.


Councillors say the promotional items are used to boost sales through the "Pester Power" phenomenon - children pestering parents for Happy Meal toys.


The scrutiny Group has ordered a report from town hall officials that would pave the way for the bye-law that would be the first of its kind in the UK.


Lib Dem councillor Paul Twigger said: "The Scrutiny Group is recommending that a bye-law be enforced to stop the circulation of free toys associated with junk food promotions.


"We consider it is high time that cash-hungry vultures like McDonald's are challenged over their marketing policies which are directly aimed at promoting unhealthy eating among children.


"Childhood obesity is a dire threat to the health in this country and it needs to be nipped in the bud urgently.


"Children are directly targeted with junk food and McDonald's use the Happy Meals to exploit Pester Power of children against which many parents give in.


"In most Happy Meals the toy is sold with a burgers containing four or five tablespoons of sugar, along with high-calorie fries and milkshakes.


"These fattening meals are being shamelessly promoted through free toys and it is clear that it is going to take legislation to combat the practice.


The most calorific Happy Meal - cheeseburger, small fries and chocolate milkshake - has 740 kcals, almost half of children's recommended daily allowance of 1600.


The healthiest meal on the menu comprises carrot sticks, nuggets, and mineral water, with 200 Kcals.



But Lib Dem Cllr Twigger said: "They know that most children won't want carrots and water but put them on the menu to stave off the criticism from health campaigners."


Toys that have been dished out include the board game Twister, Top Trump cards and football-related collectables.


"By offering these toys they are preying on the needs and desires of children in order to cash-in on the sale of junk food," said Cllr Twigger, 26.


Healthy eating campaigners are backing Liverpool council's move.


Food Commission spokesman Ian Tokelove said: "McDonald's are very skilled at getting children into their restaurants and know how to tug on the purse strings of parents.


"But a lot of the food on the Happy Meal menu can put children health at risk if eaten too regularly."


Sustain spokesman Richard Watts said: "We would support every effort to stop toys being sold with junk food. It will be see how Liverpool Council fares.


"We need to take radical action against the massive junk food-related health problems we have got with child obesity and heart disease."


In 2004, Liverpool sought a bye-law to ban smoking in public places and it is widely acknowledged that the move played a significant role in leading to the ban imposed last year.


Cllr Twigg believes the new move in Liverpool could begin locally and lead to a similar nationwide ban.


He said: "The Liverpool smoke-free team had a great success with their campaign and their ideas played a massive part in the nationwide blanket ban last year.


"There's no reason why we can't achieve a similar feat."


The plan to impose the bye-law banning Happy Meals will be put to a Select Committee of Liverpool Council at the end of the month.

THE TROUBLE WITH MEDICAL JOURNALS

This link will take you to a November 2007 interview on One on One on CBC Newsworld, where Peter Mansbridge interviews Richard Smith former editor of the British Medical Journal.

It deals with much of the same qualms we have with the biases of epidemiology and the conflict of interest of the pharmaceutical industry funding the various epidemiological studies. Although we understand what Dr. Smith explains about studies varying from researcher to researcher and that science is constantly experimenting, we consider that it is a serious problem for policy to be based on such approximate and biased ''science''.

Furthermore we fully agree with Dr. Smith when he suggests that the media be a little more selective of what they publish and that some investigative journalism before publishing a press release, is a practice that should be guiding all health journalists. The public is increasingly losing faith in medicine and science and this certainly cannot be good news for anybody’s health and well-being. It is high time that some integrity and honesty is restored both in the research and the publishing of health news.

Dr. Smith clearly points out to us that medical news are a big industry and we should be as critical of anything we read about health as we are on every other type of news, by developing the skill to carefully analyze the financial and political agendas behind such news instead of accepting them at face value. Who better than the former chief of editor of one of the most respected medical journals to offer such advice!

Saturday, 16 February 2008

RELÂCHE / BREAK

Ce blogue fera relâche du 17 au 27 février 2008. En attendant, vous pouvez consulter le forum de C.A.G.E.

This blog will be inactive between February 17 and February 27/08. Unitl then, you may want to visit the C.A.G.E. forum.

OBÉSITÉ MORBIDE - UNE QUESTION D'ATTITUDE

Merci à Marie-Desneiges pour la contribution ci après :

Le soleil ainsi que cyberpresse publient ce jour un article de madame Claudette Samson intitulé
Obésité morbide – une question d’attitude.

Elle explique que les délais pour obtenir une chirurgie bariatrique ne sont pas raisonnables, selon un rapport préparé pour le gouvernement du Québec (préparé par qui ? elle ne le dit pas). Elle relève l’attitude des soignants envers les obèses dits morbides. D’entrée de jeu, elle présente la chirurgie bariatrique comme le seul traitement efficace reconnu pour contrer l’obésité morbide. Pourtant, est-ce bien une solution judicieuse ?

Je l’ai cru, puisque j’ai subi une chirurgie bariatrique (anneau gastrique) fin 2006. Cela me semblait, conceptuellement, la solution à mon problème. En effet, souffrant d’obésité dite morbide, cette intervention réduisant l’appétit et permettant de retrouver les signaux de faim et de satiété m’a séduite. L’intervention eut lieue en centre hospitalier universitaire, mais financièrement assumée par moi. Le prix demandé pour cette intervention : une petite dizaine de milliers de dollars.

Cet investissement ne me semblait pas prohibitif, compte tenu de la souffrance alors vécue. Les objectifs que je visais étaient d’améliorer ma mobilité, de ne plus être } visiblement différente~ et, peut-être, d’avoir plus de chance de rencontrer un compagnon de vie. Bref, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je me rendis à l’hôpital, quelques jours avant Noël, pour 48 heures. Un mois de convalescence prévu, le temps de commencer à changer mes habitudes.

Je vous le répète : conceptuellement, tout est parfait. Une nouvelle vie s’ouvre enfin à moi.

Cependant, dans les faits, cette intervention dérape: perforation du foie, péritonite, arrêt cardio-respiratoire, pneumonie, plusieurs semaines d’intubation, infections, cinq interventions chirurgicales incluant une intervention pour retirer l’anneau ainsi qu’une impossibilité de me lever, de marcher lorsque je repris conscience, plusieurs semaines ne m’ayant laissé aucun souvenir. Hospitalisation de 8 mois. Convalescence additionnelle de 5 mois.

Sans oublier les nausées et vomissements, encore présents. De plus, une telle expérience laisse des traces, au sens propre comme au sens figuré.

Bref, ma vie a changé. Mais, pas tel que prévu.

Bien sûr, j’ai perdu une petite centaine de livres. J’ai cessé de fumer sans m’en apercevoir. Mais je claudique encore, je manque d’énergie et j’ai des nausées.

La chirurgie bariatrique, dans cet article du journal le soleil, est présentée comme le seul traitement efficace reconnu contre l’obésité morbide. Elle est, indiscutablement, très à la mode - peut-être comme le fut à une certaine époque le régime à 500 calories par jour accompagné des protéines liquides vendues par le docteur dans sa clinique spécialisée.

Pourquoi ? Parce que les grosses personnes ont besoin d’une solution pour apaiser leurs souffrances. Parce que les grosses personnes ne sont généralement pas les goinfres qu’on aimerait qu’elles soient. Parce que cela est plus rassurant de se dire que manger moins et faire plus d’exercices est la recette pour ne pas devenir ou rester une grosse personne, mais que la multiplicité des régimes a fait disparaître les signaux de faim et de satiété chez ces grosses personnes.

Force est de constater que la chirurgie bariatrique n’est pas une panacée. Comme les causes de l’obésité sont multiples, les solutions ne sont-elles pas aussi multiples ?

Même si on prétend que la chirurgie bariatrique est le seul traitement efficace reconnu, se pourrait-il que nous ne savons pas encore ? Se pourrait-il que la chirurgie bariatrique soit un traitement efficace pour certaines personnes seulement ? D’autre part, le volet économique n’est pas à négliger : c’est payant pour quelqu’un tout cela. Et ce n’est pas au bénéfice de la grosse personne.

Le personnel soignant, quant à lui, n’est pas différent de la société en général. L’adipophobie n’est pas une vue de l’esprit. En préparation pour l’intervention, j’ai dû aller rencontrer des professionnels à l’hôpital. À titre d’exemple, le brassard pour prendre la tension artérielle était one size fits all. Rappelons que nous parlons de tests préopératoires pour une chirurgie bariatrique à une patiente affublée du titre } obèse morbide ~. Dans le département de la chirurgie bariatrique, les chaises et fauteuils ne sont pas adaptés. Quant aux lits, je passe. De nombreuses pages seraient nécessaires pour faire le tour du problème des équipements.

Est-ce que je regrette cette intervention ? Certains jours. Bien que, comme le fait dire Géluck à son chat : } Chez les gros, il y a plus de place pour la beauté intérieure que chez les autres ~. maudit !

Lisez l'article Obésité morbide - la chirurgie trop peu accessible

Friday, 15 February 2008

LE PORT OBLIGATOIRE DU CASQUE DE SKI

Le port obligatoire du casque de ski: Un autre débat qui se déroule entre partisans de responsabilité individuelle versus responsabilité collective.

Tant que les recommandations du coroner restent au stade de recommandations et ne deviennent pas une obligation, il n’y a absolument rien de mal à éduquer les skieurs sur les avantages d’un casque protecteur. Du moment que ces recommandations sont attrapées au vol par un politicien qui veut se faire du capital politique en s’improvisant ‘’protecteur nourrice des citoyens’’, nous voyons une ingérence inutile dans la prise des décisions des citoyens adultes pour leur propre sécurité et bien-être.

Sur une base individuelle, chacune des législations qu’un gouvernement adopte pour la ‘’santé et la sécurité ’’, ne paraît peut-être pas trop exagérée. Une foule de législations comme nous témoignons dans les dernières années, se traduit en un gouvernement opprimant et totalitaire. Quelques pas en arrière ne sont pas seulement souhaitables, mais absolument nécessaires pour nous redonner un peu de liberté et le sens de la responsabilité personnelle.


Lire l'article : Le port obligatoire du casque rendrait-il le ski plus sécuritaire?

QUAND QUÉBEC EXCELLE DANS LA RÉGRESSION

Une de nos lectrices nous a fait parvenir un article qui a paru dans le Devoir et qui décrit avec beaucoup de lucidité la grande incompétence qui inflige nos bureaucrates en ce qui a trait au milieu carcéral.

Nous sommes soulagés de voir que de plus en plus de gens de divers milieux décrient les absurdités dont nous sommes témoins au quotidien. Aussi, nous osons espérer que le gouvernement sera bientôt forcé de porter attention au côté réaliste des enjeux, au lieu de se plier aveuglement à la vision très étroite et uni factorielle de certains groupes de pression puissants et bruyants, qui proposent des solutions simplistes à des problèmes multi factoriels et complexes.

Le Devoir ÉTHIQUE ET RELIGION, lundi 11 février 2008, p. b6

Moins de cigarette, plus de prisons Quand Québec excelle dans la régression
Leclerc, Jean-Claude

Le Québec ne s'est jamais targué d'avoir le meilleur système carcéral au monde, et pour cause.

Les prisons, qui relèvent des autorités provinciales, comptent encore parmi les institutions oubliées de la Révolution tranquille. De rares efforts de modernisation ayant échoué dans le passé, pour les prisonniers comme pour les gardiens, rien ne semblait plus devoir changer. C'était sous-estimer la capacité de régression de la Sécurité publique.

Ce ministère, apprend-on, n'a pas trouvé d'autres moyens qu'un interdit pour y traiter le fléau du tabagisme, mais il dépensera plus d'un demi-milliard à bâtir quatre nouvelles prisons et à en rénover de vieilles. La première mesure plaira sans doute aux adeptes de la tolérance zéro, et la seconde réjouira les entrepreneurs et autres habitués des caisses électorales. Toutefois, il n'y a pas lieu d'applaudir.

La criminalité étant à la baisse au pays, notamment au Québec, on s'attendrait à voir diminuer le nombre des détenus. Or, au contraire, la population carcérale augmente. En mai, La Presse signalait que les prisons montréalaises débordent. Le mois suivant, un rapport confirme que les 16 établissements pour hommes avaient un taux d'occupation allant jusqu'à 116 %. Pareille situation, certes, est lamentable. Mais le Québec doit-il nécessairement enfermer autant de gens?

Cette «surpopulation» est attribuable à trois facteurs. D'abord, un tiers peut-être des détenus, souvent chroniques, ont des problèmes de santé mentale. On a fermé les anciens asiles psychiatriques, en effet, mais laissé à la rue nombre d'ex-patients. De nouveaux se sont ajoutés depuis. Et plusieurs se retrouvent en prison. Cet établissement ne leur donne pas les soins auxquels ils ont droit. On n'en fait pas grand débat, c'est pourtant un des pires scandales du système de santé.

Ensuite, bon nombre de gens y sont incarcérés même s'ils ne présentent pas un danger sérieux pour leur entourage ou la société. L'emprisonnement, croyait-on, ne servirait plus d'alternative aux amendes que maints infortunés sont incapables de payer. Vraiment? D'autres préféreraient, dit-on, passer quelques semaines à l'ombre, aux frais de l'État. En toute hypothèse, d'autres sanctions seraient préférables à la détention.

Enfin, maints prévenus en attente d'un procès sont aussi logés dans ces prisons. Les lenteurs de l'appareil judiciaire font encore que trop d'entre eux encombrent ainsi certains de ces établissements, réduisant d'autant le nombre de cellules disponibles pour les gens ayant à y purger une peine.

Bien sûr, de nouvelles prisons fourniraient des cellules supplémentaires pour loger tant les prisonniers que les simples prévenus. Mais les millions de dollars que l'on engouffrera dans leur construction, puis dans leur gestion, ne vont pas corriger ces politiques retardataires de santé et de justice qui envoient en détention des gens qui ne devraient pas y être.

(Bizarrement, le ministère voudrait aussi rouvrir la prison de Percé, fermée il y a une vingtaine d'années, et maintenant destinée, croit-on, à recevoir des délinquants sexuels. Les Gaspésiens ne seraient guère enchantés d'un tel projet. Les autres Québécois ne devraient pas l'être non plus. La déviance sexuelle est l'une des plus difficiles à corriger. Le système fédéral n'y parvient que fort peu. On se demande ce que Québec vient faire dans cette galère.)

Répression de la cigarette

Le public, il est vrai, souhaite des peines de prison sévères pour les criminels en complet-cravate qui volent les retraités et arnaquent les gens âgés. Si l'emprisonnement pouvait ramener plus de rigueur et d'intégrité dans les affaires, une prison ne serait pas de trop. En principe, les pénitenciers existent aussi pour ces criminels. Encore faudrait-il pouvoir compter ici sur un ministère plus compétent. Apparemment, la répression de la cigarette est plus urgente.

Ébranlé par les réactions du milieu à sa politique d'interdiction du tabac, le ministre, M. Jacques Dupuis, permettra aux détenus de fumer à l'extérieur. Mais une heure par jour ou même plus dans la cour de la prison n'allégera que bien peu la tension créée par l'interdit. Au contraire, la cigarette ayant un effet de calmant, l'interdit ajoutera au climat de nervosité collective qui règne dans certains centres.

Près de 80 % des prisonniers fument, souvent de façon intensive. Les détenus qui ne fument pas peuvent difficilement échapper à la fumée de cigarette. Il y a là un problème d'hygiène publique dont les autorités doivent se préoccuper. Mais le ministère n'a manifestement pas trouvé le programme qu'il importerait d'appliquer dans un tel milieu.

Au Canada, à compter de mai prochain, les pénitenciers fédéraux vont interdire l'usage du tabac. On y prévoit toutefois des groupes d'entraide pour les détenus et, à titre gratuit, des doses de nicotine sous forme de timbre ou de gomme, et même un médicament tel que le Zyban. Ce service s'ajoutera aux cours de formation et aux ateliers d'apprentissage professionnel. Ces détenus purgeant une peine de plus de deux ans, leur incarcération est mise à profit pour préparer leur réintégration sociale.

Rien de comparable n'existe dans les prisons québécoises. La plupart de leurs détenus y passent moins de trois mois, quitte à revenir de manière chronique. Et le Québec ne profite même pas de ces brefs séjours pour évaluer les besoins de santé, de formation ou d'intégration de cette population. Encore moins y réglera-t-on la dépendance au tabac en usant d'interdits.

Au contraire, même dans des conditions de liberté, la cigarette est un moyen de détente. Moyen très dangereux, mais quand même efficace. En contexte de détention, c'est un médicament vital. En sevrer d'autorité les détenus qui en sont profondément dépendants est une forme d'agression, agression plus grave encore que la fumée «secondaire» dont on veut préserver les codétenus et le personnel.

Le ministère entend offrir, comme dans les pénitenciers, des moyens de sevrage, mais il le fait aux frais des détenus, leur laissant l'embarras de se faire rembourser par l'assurance médicament. Ce programme, idéal pour des bureaucrates, ignore totalement la culture du milieu carcéral. Au reste, certains médicaments ou timbres à la nicotine sont peu efficaces. Et des personnes y sont réfractaires ou allergiques.

Les gardiens ont raison de craindre des problèmes de sécurité. Peut-être pas des émeutes, ni même de petites rébellions, comme celle qui est survenue à Orsainville, mais fort probablement des explosions de violence individuelle. (La Food and Drug Administration des États-Unis a diffusé, début février, un avis d'alerte à propos d'une pilule anti-tabac, le Champix, qui comporterait des risques de suicide, de dépression et de changement de comportement.)

S'il est un ministère qui devrait, autant que celui de la Santé, savoir ces choses-là, c'est bien celui de la Sécurité publique. Des gens émotivement perturbés commettent des crimes après avoir négligé de prendre leur médicament ou à cause d'une mauvaise médication. D'autres se retrouvent en cour, sinon en prison, pour avoir voulu soulager leur souffrance en prenant des drogues illicites.

Quand de tels problèmes impliquent directement un policier, un procureur ou un juge, les autorités font souvent preuve de compréhension. Avec raison. Pourquoi alors traiterait-on les problèmes des autres à coup de répression et n'aurait-on pour eux d'autre solution que l'incarcération?

Jean-Claude Leclerc enseigne le journalisme à l'Université de Montréal.

Si vous voulez réagir à cet article, vous pouvez faire parvenir vos lettres à: lettres@ledevoir.com

Lire aussi: LE GOUVERNEMENT RECULE...LES DÉTENUS POURRONT FUMER À L'EXTÉRIEUR

INTERDICTION DE FUMER DANS LES PRISONS

SAQ - UN AUTRE CAS DE FAITES CE QUE JE DIS, PAS CE QUE JE FAIS !

Pendant qu’on resserre les règles aux commerçants privés en leur imposant des mesures de plus en plus contraignantes vis-à-vis leur clientèle et leurs employés, on ne surveille pas ce qui se passe dans sa propre cour.

Dans le cas que J.E. nous expose, il ne s’agit pas d’une jeune fille qui a 17 ans et qui ressemble à 19, il s’agit d’une jeune fille de 13 ans qui a pu se procurer de l’alcool auprès des diverses succursales de la SAQ, 6 fois sur 10 !

Le gouvernement doit faire le ménage dans sa propre cour avant de se permettre de faire la loi dans la cour des citoyens. Seulement à ce moment là, seront-ils en mesure de comprendre les difficultés des commerçants vis-à-vis leur personnel et leur clientèle et tenter de trouver des solutions en collaboration avec les citoyens au lieu des solutions pondues par des bureaucrates qui n’ont aucune idée de ce qui se passe sur le vrai terrain.

Si vous voulez réagir à cette nouvelle, vous pouvez écrire à: http://lcn.canoe.ca/reagissez/

La SAQ prise six fois en flagrant délit

La Société des alcools du Québec (SAQ) est dans l'embarras. La société d'État a été prise en flagrant délit de vente d'alcool à une mineure dans une enquête menée par l'équipe de J.E..
Une adolescente de 13 ans a pu se procurer de l'alcool dans six des 10 succursales de la SAQ qu'elle a visitées avec une caméra cachée. La jeune fille a notamment pu s’acheter du cognac, du vin et du porto.

La directrice des affaires publiques de la SAQ, Stéphanie Trudeau, s'est dite «aussi surprise que déçue d'entendre ça» et a admis que ce n'était «pas des bonnes nouvelles».

Pour sa part, le directeur général de l'organisme Éduc'Alcool, Hubert Soucy, qui est un partenaire important de la SAQ, a estimé qu'il revient à la société d'État de voir à l'application de ses propres règlements.

La SAQ aurait maintenant lancé une enquête à travers le Québec, notamment en utilisant des clients-mystère, dans le but de mettre sur pied un plan d'action pour assurer que sa politique «Vise 25» -- en vertu de laquelle ses employés devraient vérifier l'âge de tout client qui semble âgé de moins de 25 ans -- sera mieux appliquée.

L'ÉPIDÉMIE DU GOUVERNEMENT SALUTISTE

Table ronde francophone, une production de FORCES, animée par Iro Cyr vice-présidente de C.A.G.E. , Arminda Mota, présidente de l’organisme monchoix.ca et Dan Romano président de C.A.G.E.

La discussion gravite autour des intérêts politiques et corporatifs de la guerre contre le tabac et les biais et limites de l’épidémiologie.

L’épidémie du gouvernement salutiste

Wednesday, 13 February 2008

TO LIVE OR NOT TO LIVE, WHO SHOULD ANSWER THE QUESTION?

At one time, when public healthcare was far less politicized, we wouldn’t have paid much attention to an article such as the one we are bringing to your attention (below) because it was indeed normal that researchers conduct studies in order to understand the function of the human body. However, because of so much alarm over how costly public healthcare is becoming due to an aging population, and the recent very disturbing news about UK doctors calling for NHS treatment to be withheld from patients who are too old or who lead unhealthy lives, the implications of such a study raise serious ethical concerns.

The authors of this study have examined the survival rates of elderly patients treated for heart failure in order to give physicians better tools to make decisions on whether an elderly patient with heart failure should be treated to prolong their life or sent to end-of-life care. Our uncompromising belief is that regardless of the statistical findings and probabilities, the bottom line, without further discussion, is that this decision must be left up to the patient and the patient alone, even if medical intervention had a mere 1% chance to prolong his/her life. Consequently we dare hope that this is not a prelude that will lead to further calls similar to the one from the UK doctors, but how can we be sure after everything we have been witnessing in the last couple of years?

While the CBC article highlights the main findings of the study, it leaves out the very important limitation that should be the one and only factor that ethically matters when treating patients of any age:

‘’Second, although median survival is reported in units of time, it is still a probabilistic measure such that the actual survival for individual patients may vary substantially. Although we stratified patients with HF based on clinical characteristics and a composite HF risk score, it is still not possible to predict with certainty the expected survival of an individual patient.’’




Study estimates expected survival time for patients with heart failure


TORONTO - A new study suggests people suffering from heart failure may not have long to live, with an average survival time of 2.4 years.

The work, published in the American Heart Journal, attempted to quantify how long patients with the condition might expect to live - along the lines of life expectancy estimates for cancer.
Lead author Dr. Dennis Ko, a scientist with the Institute for Clinical Evaluative Sciences in Toronto, said having a better sense of a prognosis will help patients and their physicians make important decisions, such as whether it would be worthwhile to undergo an invasive treatment or whether palliative care options should be explored.

"Most of the time when a physician treats his patient, he emphasizes the quantity of life. 'I want to make you live longer' and such," Ko said in an interview.

"But at some point I think the focus has to be shifted to more quality of life."
Formerly called congestive heart failure, the common condition is used to describe a state in which the heart can no longer keep up with what is required of it.

A variety of diseases can damage the heart muscle and lead to heart failure. The inefficient pumping action reduces blood flow to bodily tissues and the weakened ability to return the blood to the heart leads to pooling or congestion in the veins.

It's long been known that the condition is associated with a high death rate. But doctors have had only imprecise answers to offer when faced with the question, "How long do I have to live?"
So Ko and colleagues studied 9,943 patients newly hospitalized with heart failure in Ontario between 1999 and 2001. While the patients ranged in age from 20 to 105 years, the average age was 75.8 years. The male-female breakdown was virtually half and half.

The researchers found patients who were at very high risk based on their health status lived only a median of three months. (Median is a measure that establishes the halfway mark between two points, in this case the shortest and the longest survival period.)

Those who were at high risk survived a median of eight months.

The median survival time for the entire group was 29 months. By five years, nearly 70 per cent of the patients had died.





IF AT FIRST YOU DON'T SUCCEED.....

We should have suspected that the absurd proposed legislation in Mississippi to prohibit certain food establishments from serving food to any person who is obese, was not a standalone lunacy from some ill inspired politician and that other financially interested parties must have been instrumental in drafting it.

And what do you know? It appears that the bill is backed by none other than Professor of Public Interest Law John F. Banzhaf III, the same lawyer behind ASH, one of the most extreme organizations, instrumental in influencing anti-tobacco policy globally.

But apparently he quickly realized that public opinion could simply not be swayed to see the issue his way. Well lo and behold! If we can’t ‘’sell’’ the legislation to the public the way it’s drafted, let’s manipulate people’s emotions and pull out our ‘’ace in the hole’’: the children! Who can possibly resist a legislation that will help children lead healthier, wholesome lives? Well listen to this John F. Banzhaf the 3rd : Citizens who are finally seeing through your manipulations and are massively yelling out ‘’enough is enough’’, that’s who! You cannot fool all of the people all of the time!

Let’s all unite our voices to clearly tell this man and his puppets to back off from our private lives and our children, NOW !

Excerpts from: "Don't Feed the Obese" Bill Salvageable, Says Expert -- But Narrow the Bill to Protect Children and Preserve Principle, He Urges

2008-02-02 21:04:58 - A bill which would prevent all restaurants from serving food to obese people - which is being roundly criticized or treated as a bad joke - can be made viable and worthy of serious consideration if it can be refocused on children eating at fast food chain restaurants without a parent or guardian, and only prevents them from ordering food items or meals which are extraordinarily and especially fattening, says the public interest law professor behind the modern anti-obesity movement.

The measure - which even its three sponsors agree has little chance of success in its present form - is being criticized for, among other things, interfering with the free choices of adults, for being so all encompassing that obese travelers could not eat out anywhere and obese employees of restaurants would have to go home to eat, for requiring scientific criteria by which food servers would try to single out the obese, and for many other reasons.

Banzhaf, who filed the first of ten now-successful fat law suits, and counseled on others as well as inspiring and appearing in "Super Size Me," has been called "the Ralph Nader of junk food," "the man who is taking fat to court," "a major crusader against big tobacco and now among those targeting the food industry," and "the man big tobacco and now fast food love to hate." He has written to the bill's sponsors asking them to refocus the bill.

Banzhaf suggests that the bill be focused exclusively on children, arguing that "While most people have a very strong and almost visceral objection to any governmental restrictions imposed to protect their own health from their own bad judgments, we have a long tradition of protecting children from the own inability to make mature judgments."

"Thus, while we traditionally have not prevented adults from smoking tobacco, abusing alcohol, engaging in very dangerous sports and other activities, etc., we have not hesitated to legislate against children purchasing tobacco or alcohol or fire works, engaging in a variety of activities presenting even moderate dangers (e.g., getting tattoos or even vaccinations, etc.

"Focusing your bill on protecting children rather than adults would remove the major objection to it, and provide a strong argument for it - one likely to be echoed by many groups concerned about child health and welfare."

..........

BELOW IS A DRAFT OF THE MAIN PROVISIONS OF THE REVISED BILL BANZHAF PROPOSES:

No employee of a fast food chain outlet shall serve to any child who appears, to a reasonable person, to be under the age of 16 and to be obese, any single food item reported by the company to contain more than 500 calories, nor any meal where the calories in all of the food items in the meal (including any drinks, but not including sauces not provided at the counter) as reported by the company exceed 1000 calories.

However, all such food items may be served if the child is accompanied by a parent or guardian, or if the child presents a letter or note on the letterhead of a physician, hospital, or other health care entity certifying that he is not obese or that for medical reasons he should be served such food items, or if he or she provides such proof in a form or manner approved by the State Department of Health, including but not necessarily limited to, a wallet-sized card from any of the above sources or from the school which the child attends.

Monday, 11 February 2008

FORUM DE DISCUSSION C.A.G.E.DISCUSSION FORUM

FRANÇAIS À SUIVRE:


To further encourage people to interact with each other, we now have a C.A.G.E. forum. Come and discuss with citizens from all walks of life at the C.A.G.E. Discussion Forum and invite others to participate. Interaction is the key to encouraging people to get involved and to spreading the word.

Dans le but de vous encourager d’interagir, nous avons désormais un Forum de discussion C.A.G.E. Venez discuter avec des citoyens de tous les milieux et inviter d’autres à participer. L’interaction entre citoyens est la clef pour faire bouger les choses.

Sunday, 10 February 2008

LA CONTROVERSE DES STATINES

Nous ne répéterons jamais assez comment que l’épidémiologie peut être subjective selon qui finance l’étude. L’industrie pharmaceutique et Santé Canada ont beaucoup de comptes à rendre à la population en ce qui a trait aux études auxquelles les médicaments sont soumis avant l’approbation de leur mise en marché.

Les statines, le médicament qui fait baisser le taux de cholestérol, est rendu le sujet d’une grande controverse. Il y a beaucoup de littérature à cet effet lorsqu’on prend la peine de faire quelques recherches sur le web pour se documenter sur les pours et les contres des statines. Comment se fait-il qu’on vient tout juste de faire des études impartiales à leur sujet ? Sur quelles études est-ce que Santé Canada se base lorsqu’un médicament est approuvé par cette agence gouvernementale ? Est-ce qu’ils se basent uniquement sur des études où il peut y avoir conflit d’intérêt ? Pas très rassurant, n’est-ce pas ? On parle quand même d’un médicament dont les prescriptions comptent pour un peu plus de 10% des coûts défrayés par la Régie de l'assurance maladie du Québec, soit environ 300 millions de dollars.




Voici quelques extraits d’un article qu’on peut lire dans cyberpresse à cet effet :

La bataille du cholestérol

Le Dr Michel de Lorgeril ne refuse aucune tribune pour dire que le cholestérol ne bouche pas les artères. Selon le cardiologue français, le postulat selon lequel il faut à tout prix diminuer notre cholestérol pour protéger notre santé et améliorer notre espérance de vie, c'est de la foutaise, rien de moins. Le titre de son dernier livre? Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent. Mais le Dr de Lorgeril n'a pas que des amis dans la profession...

...........

Mais voilà que des opinions émises par des chercheurs indépendants sur les statines - nom que portent les molécules de divers médicaments que l'on dit capables de faire chuter de moitié la concentration sanguine du cholestérol - viennent brouiller les cartes. Et si les statines n'avaient pas les vertus thérapeutiques préventives qu'on leur reconnaît?

À l'évidence, ni les statines ni le cholestérol ne font l'unanimité. Le débat qui s'est engagé entre les chercheurs indépendants d'un côté et l'industrie pharmaceutique de l'autre a pris des allures de combat. Les médicaments anticholestérol sont les plus prescrits au monde: 25 millions de patients en prennent. En 2006, les ventes ont totalisé 27,8 milliards de dollars, dont la moitié ont été engrangés par Pfizer avec son Lipitor.

...........

Tout a commencé par un communiqué conjoint de deux pharmaceutiques, Shering-Plough et Merck, sur une étude (l'étude ENHANCE) qui a débuté en 2004, qui a pris fin en 2006 et dont on publie maintenant, en 2008, les résultats. Selon un cardiologue de Yale, le Dr Harland M. Krumholz, ces résultats auraient dû être connus beaucoup plus tôt, même si les ventes de ce médicament avaient eu à en souffrir. Le médicament à l'étude, le Vytorin, renferme une statine et aussi de l'ézétimibe, moins puissant que la statine. Ce mélange a bel et bien réussi à mieux réduire le cholestérol qu'une statine seule, mais il a aussi causé un durcissement des artères. Bref, les quelque 750 patients américains qui ont pris part à l'étude n'en ont retiré aucun avantage. Faut-il en déduire que l'on devrait cesser de prescrire l'une ou l'autre des familles de statines?

...........

Jusqu'à tout récemment, les statines n'étaient pas sur la liste des priorités du Conseil du médicament, mais les choses pourraient changer. «Les statines nous préoccupent aujourd'hui pour deux raisons, affirme Marc Desmarais. D'abord, elles comptent pour un peu plus de 10% des coûts défrayés par la Régie de l'assurance maladie du Québec, soit environ 300 millions de dollars. Il faut nous assurer que cette dépense est justifiée. Et ce médicament, pour être efficace, doit être pris de façon continue durant plusieurs années, voire toute la vie. Des études québécoises démontrent que la persistance du traitement après trois ans est d'environ 30%. Ce qui revient à dire que 70% des gens à qui on les prescrit ne font pas un usage optimal des statines.

Saturday, 9 February 2008

LE GOUVERNEMENT RECULE...LES DÉTENUS POURRONT FUMER À L'EXTÉRIEUR

Nous sommes très heureux de voir que le gouvernement a reculé devant la mesure anti-tabac abusive pour le milieu carcéral. Le sevrage forcé qu’on leur imposait était d’une nature qui relevait plutôt de la barbarie.

Cependant, nous sommes alarmés de constater que ce sont les émeutes des prisonniers qui ont influencé nos élus dans leur décision.

Que doive-t-on conclure de cette situation ? Que tant que les citoyens respectueux et obéissants des lois, ne sont pas une menace pour la paix publique on se sent à l'aise de leur imposer n’importe quoi ? Qu’on arrivera à rien par la voie démocratique et la négociation et qu’il faut faire des émeutes et désobéir les lois pour faire valoir nos droits ? Les tenanciers des bars ont demandé des allégements à la loi 112 afin de sauver leur commerce. Plusieurs ont fermé ou ont vu leur chiffre baisser substantiellement suite à cette loi. Les fumeurs ont voulu avoir un peu de respect pour leur droit à l’association en demandant quelques endroits où il serait permis de fumer, des clubs privés par exemple. Leurs efforts de raisonner avec le gouvernement ont été vains. Et que dire des personnes âgées, des malades, des handicapés et des psychiatrisés ? Ils n’ont pas grand pouvoir pour changer quoi que ce soit, alors on les laisse se trainer à 25 pieds des entrées beau temps mauvais temps ?

Navrant et alarmant de constater que nos droits, même constitutionnels, sont à ce point bafoués. Non ce n’est pas une question d’incompétence de la part de nos élus. C’est plutôt une tendance de n’écouter que ceux qui crient le plus fort en paroles et en gestes.


Un représentant des détenus dénonce l'incompétence du gouvernement


Le président de l'Office des droits des détenus (ODD), Jean-Claude Bernheim, estime que la décision du gouvernement Charest de revoir la réglementation sur le tabac dans les prisons est une preuve de sa méconnaissance du milieu carcéral.

Selon le criminologue, le fait d'avoir décidé en si peu de temps que l'interdiction de fumer à l'extérieur des centres de détention n'était pas applicable a miné la crédibilité du ministre de la sécurité publique, Jacques Dupuis.

Le milieu carcéral incite à la consommation de cigarettes, souligne-t-il, et le fait de l'interdire dans les prisons est incompatible avec le milieu.

De son côté, le Groupe de défense des droits des détenus de Québec salue la décision du gouvernement Charest de permettre aux détenus de fumer à l'extérieur des établissements de détention, tout en se demandant si on ne devrait pas permettre aux détenus de fumer dans leur cellule.

Selon un intervenant de ce groupe, Eric Bélisle, le gouvernement devrait consacrer ses énergies au traitement des problèmes d'alcool et de toxicomanie chez les détenus plutôt qu'au tabac.

Friday, 8 February 2008

AN OPEN INVITATION TO VIOLENCE

The anti-smoking campaign has reached new lows with the posting of a sign that is an open invitation to bullying and physically hurting anyone that dares go against the dogmatic view. This sign is a very clear indication that when it comes to politicized agendas, health is the last worry in the ‘’do-gooders’’’ mind such as the American Cancer Society, the American Lung Association and other anti-smoking organizations that display it in on their websites.


Citizens for Civil Liberties has published a very eloquent article on the subject with links to the websites that display it, that you can read here .

Wednesday, 6 February 2008

IRRESPONSIBLE LEGISLATION CAUSES PERVERSE SIDE EFFECTS

When laws are brought on by corporate and political interests instead of common sense, good measure and the realities of human nature, one can expect the perverse side affects to be worse than the problems they allegedly try to solve. Excessive legislation against human behavior, not only inevitably leads to a disorganization of society, to the loss of livelihoods, distress, violence, crime and loss of revenue to the state, but ever increasing legislation in an attempt to fix the problems the original legislation has created, resulting in ever increasing encroachment of government into our lives.

The following are some of many articles that draw our attention to various problems that have recently emerged because of irresponsible laws – we covered other serious problems here. These problems cannot get fixed without creating a police state, whereby we would have to hire as many law officers as there are citizens:

'Smoking ban fuels street violence'
Government should get tough on illegal smokes, MPs say
Smokers, strippers unite
I'll smoke cheap cigarettes until the day I quit
Police seize illegal tobacco in Bridgewater bust
Quebec cons must butt out now by law

Even the debate about unhealthy lifestyles costing society too much money, is now over since it has been debunked more than once, with the last study appearing just recently. Did we not say the exact same thing in our satirical youtube clip?

Who then is profiting from excessive tobacco control legislations and the obesity campaign which is following the exact same pattern? Follow the money and it will unmistakably lead you to corporate interests:

Fat people, smokers cheaper to treat than long-living healthy people, study says

LONDON - Preventing obesity and smoking can save lives, but it doesn't save money, researchers reported Monday.

It costs more to care for healthy people who live years longer, according to a Dutch study that counters the common perception that preventing obesity would save governments millions of dollars.

"It was a small surprise," said Pieter van Baal, an economist at the Netherlands' National Institute for Public Health and the Environment, who led the study. "But it also makes sense. If you live longer, then you cost the health system more."

In a paper published online Monday in the Public Library of Science Medicine journal, Dutch researchers found that the health costs of thin and healthy people in adulthood are more expensive than those of either fat people or smokers.

Van Baal and colleagues created a model to simulate lifetime health costs for three groups of 1,000 people: the "healthy-living" group (thin and non-smoking), obese people, and smokers. The model relied on "cost of illness" data and disease prevalence in the Netherlands in 2003.
The researchers found that from age 20 to 56, obese people racked up the most expensive health costs. But because both the smokers and the obese people died sooner than the healthy group, it cost less to treat them in the long run.

On average, healthy people lived 84 years. Smokers lived about 77 years, and obese people lived about 80 years. Smokers and obese people tended to have more heart disease than the healthy people.

Cancer incidence, except for lung cancer, was the same in all three groups. Obese people had the most diabetes, and healthy people had the most strokes. Ultimately, the thin and healthy group cost the most, about US$417,000, from age 20 on.

The cost of care for obese people was US$371,000, and for smokers, about US$326,000.
The results counter the common perception that preventing obesity will save health systems worldwide millions of dollars.

"This throws a bucket of cold water onto the idea that obesity is going to cost trillions of dollars," said Patrick Basham, a professor of health politics at Johns Hopkins University who was unconnected to the study. He said that government projections about obesity costs are frequently based on guesswork, political agendas, and changing science.

"If we're going to worry about the future of obesity, we should stop worrying about its financial impact," he said.

Obesity experts said that fighting the epidemic is about more than just saving money.
"The benefits of obesity prevention may not be seen immediately in terms of cost savings in tomorrow's budget, but there are long-term gains," said Neville Rigby, spokesman for the International Association for the Study of Obesity. "These are often immeasurable when it comes to people living longer and healthier lives."

Van Baal described the paper as "a book-keeping exercise," and said that governments should recognize that successful smoking and obesity prevention programs mean that people will have a higher chance of dying of something more expensive later in life.

"Lung cancer is a cheap disease to treat because people don't survive very long," van Baal said. "But if they are old enough to get Alzheimer's one day, they may survive longer and cost more."
The study, paid for by the Dutch Ministry of Health, Welfare and Sports, did not take into account other potential costs of obesity and smoking, such as lost economic productivity or social costs.

"We are not recommending that governments stop trying to prevent obesity," van Baal said. "But they should do it for the right reasons."
-

Monday, 4 February 2008

OBÈSES INTERDITS

La quête pour une société parfaite dans laquelle les gens sont forcés de vivre comme le gouvernement l'entend, en implantant de plus en plus de lois (interdictions et obligations), mènera très vite à un monde dans lequel toute personne saine d’esprit ne voudra demeurer. Chez C.A.G.E., nous croyons qu’il est temps de s’unir et de crier d’une seule et même voix : « Assez, c’est assez ! »

Le paragraphe précédent, est un extrait d’un texte que nous avons écrit lorsque nous avons entrepris notre mission. C’était sérieux il y a trois ans lorsqu’on l’a écrit, mais il l’est devenu davantage depuis, puisque la situation se détériore de plus en plus et nous sommes aujourd’hui devant une réalité qui est devenue critique.

Depuis le jour que nous avons sonné l’alarme, à aujourd’hui, nous avons été témoins de toutes sortes de situations déplorables et souvent même tragiques. Dans plusieurs pays, le Québec n’y échappe pas, on refuse d’engager des gens sous le seul prétexte qu’ils fument même s’ils le font dans l’intimité de leur foyer. Au Canada on jette nos malades mentaux, vieillards et malades des soins palliatifs sur le trottoir pour fumer beau temps mauvais temps, chaise roulante ou béquilles. Trois ont tragiquement perdu la vie depuis l’année passée car ils ont été oubliés dehors au froid. En Angleterre on refuse d’opérer les obèses et les fumeurs tant qu’ils n’ont pas adopté des meilleures habitudes de vie. Aux États-Unis on expulse des gens de leurs foyers sous le seul prétexte que leur fumée dérange. En Angleterre on soustrait les enfants obèses de leurs parents. Au Québec on refuse de prescrire des médicaments à une fumeuse. Dans un nombre de pays de plus en plus grandissant, on soustrait aux propriétaires des commerces privés de décider quelle sorte de clientèle qui leur convient de servir. On bourre le crâne de nos jeunes avec des campagnes contre l’obésité tellement agressives, que l’anorexie et boulimie en fait des ravages aussitôt qu’à 8 ans.

Vous pouvez aussi vous référer à notre commentaire anglais ici.

Et il ne semble pas qu’on est à veille de voir le début de la fin de cette folie. On en demande davantage de restrictions et des lois qui dépassent tout entendement. Qu’attendons-nous pour crier à l’unisson qu’assez c’est assez ? Informez-vous, impliquez-vous, criez fort et loin votre trop plein, mais faisons ça vite car ça presse :

Un projet de loi pour priver les obèses de restaurant

Obèses interdits. Verra-t-on cette mention à la porte des restaurants du Mississippi? C'est en tout cas la proposition d'un élu de l'Etat, qui entend ainsi attirer l'attention de ces concitoyens sur un problème majeur de santé publique.

«J'ai essayé d'attirer un peu l'attention sur le problème numéro un du Mississippi», se justifie le représentant républicain John Read, qui ne s'attend pas à ce que sa proposition entre en vigueur. Le démocrate Steve Holland, qui préside la commission Santé publique dans l'Etat, a déjà promis de «tailler en pièce» ce projet.

D'ailleurs, avec ses 104 kilos pour 1m80, Read reconnaît volontiers qu'il aurait lui-même du mal à se faire servir si son texte était adopté.

Au Mississippi, plus de 30% des adultes sont considérés comme obèses, selon une enquête menée l'an dernier par une organisation spécialisée dans la prévention des maladies.

Sunday, 3 February 2008

THE PASSIVE SMOKING SWINDLE

On January 17th, we published in French a link to an interview with Dr. Philippe Even. For those who understand French you can refer to it here: L'ARNAQUE DU TABAGISME PASSIF . Freely translated as ‘’The Passive Smoking Swindle’’.

For those that don’t, FORCES has written a good English summary of what was discussed in that interview that you can read on their website at: Pulmonologist Exposes ETS Scam.

CORPORATE SHENANIGANS

English translation of the interview Quand les multinationales font de la politique
with Pr Robert Molimard, professor emeritus of physiology and coordinator of the DIU of Tabacologie to the Faculty of Medicine Paris-South.

Founder of the first French learned society on the tobacco and the nicotinism, inventor of the word tabacology.

Author of “Smokes” and the “Small handbook of Défume” (Sides Editions).

Some of the things you will read will not surprise you, some indeed will, others will leave you in total disgust, none will leave you indifferent!

Read it here

QUAND LES MULTINATIONALES FONT DE LA POLITIQUE (2)

Le professeur Robert Molimard a transcrit pour nous l'entrevue de la vidéo QUAND LES MULTINATIONALES FONT DE LA POLITIQUE dont vous trouverez ici .

Avec nos sincères remerciements au professeur.

Nous sommes en train de traduire le texte en anglais et il suivra sous peu.

LE MOUVEMENT HYGIÉNISTE TOTALEMENT HORS CONTRÔLE

Décidemment le mouvement hygiéniste du monde occidental est rendu totalement hors contrôle.
Un nouveau débat a débuté en Angleterre.

Cette fois-ci sur la grandeur des verres à vin dont les tenanciers utilisent pour servir leur clientèle. Peu importe que les clients, que disons-le, sont adultes sinon ils n’auraient pas le droit de consommer du vin, finissent par consommer 2, 3 ou 4 petits verres au lieu d’un grand, un bureaucrate à quelque part dans les dédales de la santé publique, a décidé que ce n’est pas bon pour eux et par le fait même tente de changer la norme de la grandeur des verres !

La responsabilité personnelle sera bientôt un chapitre qu’on lira dans l’histoire, pourvu que quelqu’un nous indique le numéro de page puisque nous serons rendus trop abrutis pour la trouver tout seuls ! Incroyable.

Les grands verres à vin au centre d'un nouveau débat

Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse... Des députés et responsables de la santé publique britanniques se penchent précisément sur la contenance des verres servis dans les bars, constatant que leur plus grande taille favorise la consommation d'alcool.

Comme d'autres pays anglo-saxons, la Grande-Bretagne est déjà confrontée depuis plusieurs années au phénomène du «binge drinking» («beuverie express»), consommation occasionnelle et excessive d'alcool des jeunes, sans autres buts que l'ivresse. Mais selon certains spécialistes, la tendance est aujourd'hui à une plus grande consommation des adultes -chez soi et dans les bars-, et notamment des femmes.

«Insidieusement, nous nous sommes retrouvés à boire beaucoup plus que par le passé, et ça peut concerner chacun», explique le député libéral démocrate Norman Lamb, spécialiste au sein du parti des questions de santé. Auparavant, précise-t-il, la contenance du verre de vin standard servi dans tous les bars et pubs était de 12,5 cl. Elle a à présent doublé, atteignant 25cl.

«Du coup, de nombreux consommateurs boivent plus qu'ils ne le souhaiterait», renchérit le député Greg Mulholland, également libéral démocrate. Comme Norman Lamb, il souhaite l'adoption d'une loi obligeant les débits de boisson à s'en tenir à une contenance de 12,5 cl.
Jo Caddy, un gestionnaire de comptes de 35 ans qui se détend au bar d'un pub de Holborn, dans le centre de Londres, estime que la taille du verre ne change rien à l'affaire. S'il était plus petit, «je boirais probablement plus vite et je devrais en prendre un autre».

Danny Blackmore, patron d'un pub du centre de Londres, juge aussi que les habitudes britanniques, et non la contenance du verre, sont au centre du problème. «Vous pouvez leur servir dans des cruches ou des dés à coudre, s'ils ont décidé de s'enivrer, ils s'enivreront», note-t-il.

Les Britanniques n'ont aucune idée de leur consommation d'alcool, déplore Srabani Sen, responsable d'Alcohol Concern, une association d'aide à but non lucratif. «Il y a dix ans, on vous servait un verre de 12,5cl, avec le plus probablement un vin moins alcoolisé. Aujourd'hui, les verres sont plus grands et les vins beaucoup plus forts. C'est un champ de mines», avertit-elle.

La consommation régulière d'environ sept millions de Britanniques dépasse les limites recommandées: deux verres standard pour les hommes, et un et demi pour les femmes. Celles-ci ont désormais tendance à aller au-delà, sans connaître les risques pour leur santé, dont un risque accru de cancer du sein, précise Mme Sen.

Le ministère britannique de la Santé va lancer dans le courant de l'année une vaste campagne de sensibilisation, en direction des adultes. Le Premier ministre Gordon Brown a de son côté laissé entendre qu'il pourrait revenir sur la décision de son prédécesseur Tony Blair d'autoriser les pubs à ouvrir 24 heures sur 24.

Saturday, 2 February 2008

ARE THEY MANUFACTURING THE MESSAGE OF SCIENCE?

Why wouldn’t Environment Canada want their scientists to talk to the media? What will be the sanctions if they did? Since when can a citizen be muzzled on the sole pretext that he works for the government and everything must be centralized? What does this lack of transparency hide? What are we to make of this? How many other scientists and other civil servants have been subdued to the same line of censorship that we don’t know about? What are the ‘’approved lines’’? Who is approving them?

Troublesome times we live in!

Government 'muzzles' scientists

New policy at Environment Canada makes researchers give 'approved lines'
MARGARET MUNRO, Canwest News ServicePublished: Friday, February 01, 2008

Environment Canada has "muzzled" its scientists around the country, ordering them to refer all media queries to Ottawa where communications officers will help them respond with "approved lines."

The new policy, which went into force in recent weeks and sent a chill through the department research divisions, is designed to control the department's media message and ensure there are no surprises for Environment Minister John Baird and senior management when they open the newspaper or turn on the television, according to documents obtained by Canwest News Service.

"Just as we have 'one department, one website' we should have 'one department, one voice,' " says a PowerPoint presentation from Environment Canada's executive management committee that has been sent to department staff.

Environment Canada scientists, many of them world leaders in their fields, have long been encouraged to discuss their work on everything from migratory birds to melting Arctic ice with the media and public. Several of them were co-authors of the United Nations report on climate change that won the 2007 Nobel Peace Prize.

"It's insulting," says one senior staff member, who asked not to be named. She says researchers can no longer even discuss or confirm science facts without approval from the highest level.

Until now, Environment Canada has been one of most open and accessible departments in the federal government, which the executive committee says is a problem that needs to be remedied.

It says all media queries must now be routed through Ottawa, where "media relations will work with individual staff to decide how to best handle the call; this could include: Asking the program expert to respond with approved lines; having media relations respond; referring the call to the minister's office; referring the call to another department," the presentation says.

Gregory Jack, acting director of Environment Canada's ministerial and executive services, says scientists and "subject matter experts" will still be made available to speak to the media "on complex and technical issues." He would not explain how "approved lines" are being written and who is approving them.

Jack said the policy is meant to bring Environment Canada in line with other federal departments, but he insists "there is no change in the access in terms of scientists being able to talk."

The reality, insiders say, is the policy is blocking communication and infuriating scientists. Researchers have been told to refer all media queries to Ottawa. The media office then asks reporters to submit their questions in writing. Sources say researchers are then asked to respond in writing to the media office, which then sends the answers to senior management for approval. If a researcher is eventually cleared to do an interview, he or she is instructed to stick to the "approved lines."

University of Victoria climatologist Andrew Weaver works closely with several Environment Canada scientists. He says the policy points to the Conservative government's fixation with micro-management and accused the government of "manufacturing the message of science."

"They've been muzzled," says Weaver of the federal expert scientists who once spoke freely about their fields of work, be it atmospheric winds affecting airliners or disease outbreaks at bird colonies.

The one area exempted from having to go through head office is the weather service, "due to volume and technical nature of inquiries," the Power-Point presentation says.

Under the new policy, Environment Canada employees "shall not," the presentation says, "speculate about events, incidents, issues or future policy decisions." Whether this prohibition covers speculation about the impacts of phenomena such as climate change, which is reshaping Canadian and global ecosystems, is not clear.